Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 13:30

[Dyonis]

 

Derek : Eh sale Pédééééï, essaie pas d’en profiter. Mes burnes sont réservées à la petite salope française…
Marv’ : Attends, tu crois que c’est facile de te détacher dans le noir. J’y peux rien si t’es une chochotte pudique et que Dimitri t’a attaché par la bite.
Derek : T’imagines même pas ce que ça a fait quand il a serré…
Marv’ : Je verse une larme pour toi. Mais si tu veux que je te libère en vitesse, vaudrait ptêtre mieux que je laisse passer un peu de lumière.

Marv’ entrouvre alors la porte, se retourne sur Derek pour le détacher « intimement » et éclate soudainement de rire


Derek : Qu’est-ce t’as « Grosses Narines » ? T’as un rire nerveux ? Tu veux que je te calme ?
Marv’ : Non, non, c’est juste que [Marv’ prend quelques secondes pour bien peser les mots qu’il s’apprête à dire] … c’est la première fois que je vois un blanc dans le plus simple appareil et que ça ressemble plus à un cornichon qu’à une banane.
Derek [furieux] : et mes couilles c’est des litchis ? Détache-moi, pédale !

[Marv’ finit par détacher Derek et lui fabrique rapidement un pagne de fortune en feuilles de bananier]

Derek : J’ai l’air d’un con. Je te ressemble. Toi y en a être content ? Li méchant homme blanc déguisé en nég’ ?
Marv’ : Li gentil noir peut aussi te refoutre à poil et te rattacher en faisant de ton pagne une corde
Derek : Parle-moi plutôt de la petite française, ils l’ont pas trop amochée ?
Marv’ : Nan ça va, je crois qu’ils s’en étaient pas encore servie.
Derek : Tant mieux. Je pourrai ainsi lui montrer quel homme viril je suis sans me demander quel genre de biscuit a bien pu se tremper dans sa nounou avant moi.
Marv’ [au bord du fou rire] : son « Nounou » ? Mouahahahahaahahahahaa
Derek : Ta gueule espèce de baobab poilu, je vais te défoncer ton c…
Dimitri : Alors on a ami qui est venu sauver américain idiot. Singe noir devrait apprendre à prendre fuite de peur de perdre ses bananes.
Derek et Marv’ : DIMITRI !
Kim Kim et Kim : hinhihnhinhinhin
Kim : Ohoooooooooooooooooo il va falloir une très grosse corde pour attacher celui-là, patron !
Dimitri :ça fera contraste avec l’autre imbécile. Amenez-moi des pinceaux, je vais peindre « la banane et le haricot »
Kim : Hihihihihihhihi, zêtes trop drôle, chef !
Kim Kim et Kim et Dimitri : hinhinhinhinhinhinhinhinhinhin

Marv’ [tout bas à Derek] : je parle en chuchotant parce que j’ai un plan
Derek : [tout bas à Marv’] : c’est quoi ton plan ?
Marv’ : je vais faire diversion en soulevant mon pagne et toi tu défonces la gueule de Dimitri et lui prends sa kalach
Derek : ensuite je bute tout le monde et on va baiser la française
Marv’ : elle a un nom, elle s’appelle Morgane
Derek : elle va bientôt apprendre à crier MON nom
Marv’ :
T’es prêt ? Go !!!

 

-------------------------------------------

 

[Depaz]

 

Morgane: Quel homme étrange que ce Marv' et quelle hsitoire touchante. Ce devouement filial pour sauver l'honneur de son père,c'est  tout à son honneur.

Il faudra que je parle de lui au général si on s'en sort un jour, ça peut être une recrue de choix. Au niveau débrouillardise et sens de l'orientation il vaut bien 10 de nos agents.

Sa relation exclusive avec les bananes peut être à court terme un handicap une fois dans l'hexagone, mais je crois qu'il peut décrocher de cette addiction avec un peu d'entrainement. Je n'ose pas imaginer ce qu'il pourrait tirer d'un fromage à pate molle ou d'un saucisson d'ane...

C'est un guerrier, un vrai !
Mais pour les bananes il va falloir en parler sérieusement une fois hors de ce bourbier car en métropole nous n'avons pas de stocks suffisants pour qu'il garde ce mode de vie. Et les bananes lourdement subventionnées d'outre-mer plomberaient lourdement le budget du service.
Cet arbre est un poste d'observation idéal, dommage qu'il fasse nuit noire j'aimerais bien savoir quelles techniques va utiliser Marv' pour venir au secours de ce "Dereck".
Je les pensais coéquipiers à la CIA mais après notre petite conversation il semblerait que leur seul point commun soit la haine du coréen suite à un differend familial avec cette population. Cette union improbable mue par la seule solidarité anticoreenne et l'amour de la bannière étoilée est encore pour moi un mystère, il faut que je reste sur mes gardes car ma place n'est pas assurée dans ce groupe aux relations si fortes.

Et puis il faut que je fasse aussi attention à mon cul, j'échappe aux rois de l'abstinence obligatoire mais ce n'est pas pour tomber sur deux hommes guidés par leur seule testostérone. Marv' m'a mis en garde contre les envies de Dereck à mon encontre mais un home reste un homme et Marvin n'est peut être l'ange qu'il parait être.


J'avais pour mission d'assurer la coordination des communications de nos légionnaires en Colombie et me voilà perchée dans un arbre entourée de males n'ayant pas vu une femme depuis des mois au coeur de la forêt vierge coréenne. Les guerrieros hallucinés d'Amérique du sud ne sont sûrement pas des anges mais au moins j'étais planquée tranquilou dans un blindé entourée d'ordinateurs.

Moi parce que mon supérieur n'est pas foutu de lire une carte, Dereck à cause d'un bol de nouilles à emporter et Marv' à cause d'un ticket merdeux, on a tous notre raison d'être ici (un sourire au coin des lèvres) mais ce sont quand même des raisons à la con...

Je me demande ce que font les deux américains.

 

Des coups de feu raisonnent dans la nuit, les troupes courrent en désordre, le chaos est total dans le camp de fortune des rebelles staliniens made in Corée.

 

Le chef: Qu'est ce que c'est  ce bordel ? En rang vermicelles putrides !

Lorsque le politburo se réunira pour analyser les causes de ce désordre, faites moi confiance j'aurai des noms et les coupables seront chatiés. Les traîtres ne mériteront même pas la balle que je leur logerai moi-même dans la nuque et elle sera facturée à leur famille pour financer la révolution !

(hurlant) Camarades! Je vous laisse 30 secondes pour vous mettre en ordre! Après ça sera le peloton!

 

Dimitri arrive en courant, essoufflé et cramoisi au milieu des soldats en cours de réorganisation

 

Dimitri: Bordel ou pas, j'ai besoin de toutes les forces disponibles !

Le chef: Camarades, une révolution a besoin d'ordre et de discipline si elle veut aller au bout.

Dimitri: Elle peut attendre !

Le chien capitaliste, le rat à la solde des vampires du grand capital s'est échappé ! Bougez vous le cul, je le veux mort pour demain, ses couilles serviront d'ornement au collier du grand leader. Pour l'autre faites en ce que bon vous semble si vous mettez la main dessus, il ne m'interesse pas.

J'AURAI TA PEAU FILS DE CHIENNE, CE N'EST QU'UNE QUESTION DE TEMPS !

Camarades, celui qui me ramenera la tête de Dereck sera le premier à passer sur la prisonnière !!! Après moi.

Kim: Ca sert à quoi qu'on ai fait un loto alors ?

Dimitri: c'est quoi encore cette connerie, d'où ça sort cette histoire de loto...

Kim: En fait on a mis des tickets dans une casquette et chacun à son tour pour conaitre l'ordre de passage sur prisonniere et la regle veut que....

Dimitri: ça va ça va j'ai compris

Kim: Ta proposition reviendrait à annuler les résultats du loto et...

Dimitri: tu sais où tu  peux te le mettre ton loto !!!!

La dictature du prolétariat commence ici et c'est le chef qui décide de ce qui est bon pour les masses. Et je vous dit de me trouver l'américain!!

 

[un peu à l'écart]

Soong: chef, chef, chef !

Le chef: quoi encore ?!

Soong: la prisonnière...

Le chef: oui je sais elle t'excite et tu as du mal à te contenir et tu voudrai briser ton voeu d'abstinence au profit de la révolution. On en est tous là, calme toi à la main comme les autres, ça ne rend pas sourd.

Soong:  C'est pas ça

Le chef: qu'est ce que c'est alors, tu veux monnayer un billet du loto ?

Soong: Elle n'est plus dans la cage ! Elle a disparu !

Le chef: il ne manquait plus que ça... Des indices ?

Soong: rien. Juste uen peau de banane.

Le chef: le diable noir....

 

[A suivre...]

Repost 0
16 avril 2008 3 16 /04 /avril /2008 22:14

[Dyonis]

Marv’ : Je vois la cage ! Je vois la cage ! Je vois la cage !
[Intérieurement] Accordons nous quelques minutes, la perspective d’une bombasse rend mon entrejambe un peu trop visible. Parfois je regrette de ne pas être coréen, ou même blanc…

[Marv grimpe en haut d’un arbre et s’installe sur une branche bien solide]

Marv’ : D’ici je pourrai voir si de nouveaux niakoués ne se ramènent pas. Et en plus j’aurai le temps de calmer cette trique en fumant une bonne pipe à l’écorce de banane séchée, une recette d’Oncle Polycarpe. En attendant une pipe d’un autre genre, mouhahahahahahaha. Mais patience…

[Tout à coup, l’oreille de Marv’ se redresse, il fixe son regard sur la cabane du chef. Il a entendu les premiers cris de douleur du pauvre Derek].

Marv’ : Il me ferait presque pitié. Mais je ne peux décemment pas aller le libérer avant que Dimitri ne se soit attaqué à ses parties. C’est qu’une fois la salope sauvée, ce con pourrait jouer les grands blessés pour qu’elle s’occupe de lui et en profiter. Par contre, il est temps d’aller sauver la belle, j’ai repris mon apparence normale.

[Prudemment, Marv’ s’enfonce à travers la rizière et se retrouve bien vite devant la cage].


Marv’[intérieurement] : Le spectacle est au rendez-vous, la fille est assez amochée, c’est vrai, mais après avoir enduit son corps de baume de bananier, elle sera plus belle que jamais, et à moi, rien qu’à moi.
Mademoiselle, Mademoiselle, ouvrez les yeux, je suis venu pour vous délivrer.

La fille
: Oh, mon Dieu, les sangsues auraient-elles eues raison de moi. Je vois des noirs en Corée maintenant !
Marv’ : Non, non, ce n’est pas une vision, je suis bien là pour vous sauver. Marv’, pour vous servir Mademoiselle.
La fille : Moi mon nom de code est Morgane
Marv': Comme la fée ?
Morgane : Non comme Clara Morgane, l'actrice porno. Selon mes collègues je lui ressemble vachement.
Marv’ : C’est vrai qu’il y a comme un air de ressemblance. Il faudra voir quand vous serez rétablie des horreurs qu’ils vous ont fait subir, ces chiens ! Mais je croyais que c’était Djessica votre nom.
Morgane : C’est les bridés qui m’appellent comme ça, c’est le seul prénom européen qu’ils arrivent à prononcer avec Gilberte…
Marv’ : Vous m’expliquerez ça plus tard. Reculez-vous, je vais ouvrir la cage.

[Et avec le couteau de Derek, Marv’ se met à découper un carré au milieu des bambous].

Marv’ : Voilà, venez avec moi maintenant, il ne faut pas traîner dans le coin.

[Et ils s’éloignent quelque peu du campement. Marv’ hisse Morgane sur une branche].


Morgane : Après ce que tu viens de faire pour moi, je crois que tu peux me tutoyer, tu sais.
Marv’ : C’est un honneur, Morgane, je te remercie.
Morgane : De rien. En plus tu peux pas savoir ce que ça fait plaisir de se retrouver enfin en face d’un homme qui n’a pas la trique dès qu’il m’aperçoit. Ca faisait longtemps.
Marv’ [Intérieurement] : Héhé, merci Oncle Poly !
Marv’ : Je comprends. Mais comment peux-tu voir qu’ils bandent, les jaunes ? Je croyais qu’ils avaient des bites plus petites que des mites
Morgane : C’est le cas. Mais comment dire ? Ils transpirent plus que d’habitude, se contorsionnent plus que d’habitude, et surtout, ils sentent encore plus la crevette que d’habitude. C’était une torture.
Marv’ : Ok. Question d’expérience quoi…
Morgane : C’est ça. En fait, c’est … Saperlipopette !!!
Marv’ : Comment ?
Morgane : Rien, c’est que j’ai encore trouvé une sangsue sur ma jambe.
Marv’ : Je voulais dire … euh … « saperlipopette » ???
Morgane : Aah ça. Pffff, c’est parce que pour me faire parler, ce Ruskof de merde impuissant m’a forcé à lire, lire, et relire l’intégrale de Tintin. Une torture insupportable. Depuis je dis tout le temps « saperlipopette » et j’appelle tout le monde « mon brave Milou »…
Marv’ : Les chiens, ils paieront pour ça…
Morgane : Mais toi ? qu’est-ce que tu fais ici ? en Corée ?
Marv’ : C’est une longue histoire. En fait mon père …

[Ils sont interrompus par un nouveau cri de Derek].

Marv’ : Mon Dieu, Derek, je l’avais presque oublié. C’est le blanc qui est avec moi. Il veut tuer tous les Coréens pour venger son frère mais ce con s’est fait choper. Faut que j’aille le sauver. Reste ici.
Morgane : D’accord. Je t’accompagnerais bien mais je n’ai plus de force.
Marv’ : T’inquiète, me débrouillerai. Juste une chose. Comment une fille comme toi est arrivée dans cette jungle ?
Morgane : Oh. Eh ben c’est simple. Je travaille pour la DGSE, c’est un peu comme la CIA mais en France … Je devais être parachutée en Bolivie pour une histoire de cocaïne transportée en France dans des grains de café. Mais je me suis retrouvée ici. La DGSE quoi …
Marv’ : Ok. Heureusement que tu existes, sinon j’aurais une bien pire opinion de la France encore…
Morgane : Merci, mon beau sauveur. Mais va t’occuper de ton Derek
Marv’ : Je te quitte à regrets ma douce Française.

Marv’ lui fait le baisemain et se retire lentement de l’arbre. Il s’enfonce ensuite dans la rizière à la rescousse de son ami Derek.

-------------------------------


[Depaz]


Marv’ : il fait moins le malin le petit blanc désormais on dirait, j’entends ses couinements de pucelle d’ici. Il va entendre parler du pays quand je lui aurait mis la main dessus a ce benet. On n’a pas idee de se foutre dans des situations pareilles…
CIA, DGSE, y’en a pas un pour rattraper l’autre ; quelle bande de manches. Ils tiennet meme pas 2 jours dans le bronx je suis sur.
En rentrant je leur ramene Derek par la peau du cul et fort de ce trophée je leur demande un poste d’instructeur en infiltration.
Faudra aussi que je me renseigne sur les grilles salariales des fonctionnaires francais pour postuler aussi là bas, une section « geographie-course d’orintation » ne leur ferait pas de mal.

Le temps d’avoir assez pour monter une équipe de basket digne de ce nom pour retablir l’honneur de mon père en ridiculisant ces coréens. Une fois ceci fait je me cale tranqquillement dans l’import-export de bananes et a moi la belle vie avec la petite française.

Kim : Alarme ! alarme !

Marv’ : merde, l’erreur de débutant, tout a mes reves j’ai oublié de m’enduire de farine de banane pour tromper l’odorat developpé du bridé. Il va fallloir la jouer fine. Et on est trop loin des bois pour que je lui refasse le coup de l’esprit de la forêt.

 Kim : qui va la ?
Marv’ : ta sœur
Kim : quoi ?


Marv’, profitant de son mimetisme avec le paysage plongé dans l’obscurité lui assène un violent de coup de tete qui le met hors combat.

 
Marv’ : finalement la technique bourrine a aussi son utilité, utilisée avec parcimonie

Marv':Tiens on dirait que les cris ont cessé. Serait-il passé à table ? A moins que le russe ait fini son œuvre. Dans les deux cas c’est des rapides, je suis déception.Un con comme Derek ça se travaille. Décidément il faut tout faire soi-même si on veut que ça soit bien fait !

Mais si je veux me dorer la pillule sur une ile aux frais du contribuable il faut que je ramène ce gars. Allez, marv’ on se motive ! Personne a droite, personne a gauche ?  Allez c’est parti.


[Tel un felin, Marv glisse de fourrés en fourrés  vers la cabane d’où il pensait que provenaient les derniers hurlements de Derek. Une fois sur place, il lève doucement la tête et se retrouve face aux cuisines].


Marv’ : Mauvaise pioche.
Mais… c’est que ça ne sent pas la banane ! Je ne suis peut etre pas si mal tombé que ça ! Se profile peut être mon premier repas sans banane depuis des années.
Quoique c’est peut être dangereux de changer comme ca d’un coup, j’en prendrais une pour le dessert.
Mais ne nous emballons pas, Derek m’a dit que son frère était mort après avoir mangé de la bouffe coréenne et mon père a aussi dû ses dernieres souffrances aux spécialités locales…
Mais c’est tentant cette petite marmite et la petite tarte qui refroidi sur le bord de fenêtre.
Si c’est là de toute facon c’est que c’est pour eux, donc non empoisonné. Je vais me laisser tenter. Et puis ca peut pas me causer plus de troubles gastriques que mes années de regime à base de bananes. Maintenant j’ai un transit en beton.
Allez c’est parti !

Oooohhh, comme c’est bon ! ils sont peut être petits et moches mais niveau bouffe ils assurent. Faut aimer la crevette c’est sûr, mais ils maîtrisent dans le domaine. Je me demande à quoi peut bien être leur espèce de clafoutis, il a pas l’air mauvais en tout cas. Je vais en ramener a « morgane »

une voix: GGNNNNNNNN


Marv’ (interieurement)  : Vite à couvert !
La voix : enfoiré de jaune de merde, file moi à bouffer s’il te plait
Marv (interieurement) : je reconnais pas bien la voix mais vu le vocabulaire je dirais que Derek est encore en vie. J’aime beaucoup la formule de politesse en fin de phrase.
Marv’ : Derek ?
Derek : Tu comptais trouver qui ci ? Le docteur Livingston ?
Marv’ : laisse tomber
Et  sinon toi ça va ?
Derek : l’enfoiré m’a épilé a la cire, je ressemble à une gonzesse maintenant. Il a reculé devant rien, aissselles, maillot...
Marv’ : c’est tout ? il t’a pas faire pire en souvenir du bon vieux temps
Derek : j’en ai chié…
Marv’ : Ok. Moi de mon coté j’ai réussi à mettre la main sur la petite blanche, un espionne française.
Derek : enfoiré…
Marv’ : désolé gars, premier arrivé premier servi. 
Derek : c’est de bonne guerre remarque, je suis attaché en croix sur un chevalet parce que j’ai pas réfléchi et toi tu l’as sauvé du bourbier dans lequel elle croupissait. Ca peut se justifier
Marv’ : ils auraient du s’occuper de toi plus tot, ca t’as rendu lucide
Derek : viens me détacher au lieu de dire des conneries, ils sont partis à un sorte de loto a ce que j’ai compris, mais ils peuvent revenir d’un moment a l’autre. Alors on parlera de ça un autre jour
, mais j’ai rien laché. Plutot mourir que céder devant un communiste.
Par contre je te demanderais d'éteindre la lumiere, j'ai encore ma dignité 

[A suivre...]

Repost 0
26 février 2008 2 26 /02 /février /2008 23:08

[Dyonis]

La nuit tombe sur la jungle…

Marv : Voilà, avec toutes tes conneries, maintenant, il fait noir, on voit plus rien.
Derek : T’inquiète, Banania, j’ai des jumelles infrarouges. Mais on voit rien ici. Faudrait se rapprocher.
Marv : T'es con ou tu le fais exprès ? On va grimper dans les arbres.
On pourra observer DIS-CRE-TE-MENT.

[Marv sort une corde de son sac en peau de banane séchée]

Derek : Elle vient d’où cette corde ?
Marv : A ton avis ?
Derek : Banane ?
Marv : Ecorce de bananier

[Tel un cow-boy de la savane, Marv lance la corde et parvient à l’entourer autour d’une branche solide. Nos deux héros grimpent en silence. Arrivés en haut, Derek sort ses jumelles]

Marv : Alors tu vois quoi ?
Derek : Putain elle est top biche.
Marv : Quoi ? La poule ? Laisse-moi voir.
[Marv regarde à son tour]
Marv : C’est vrai qu’elle a des putains d’atouts. Eh où tu vas ?
Derek : Je vais la sauver tiens.
Une bombe pareille, faut pas la laisser dans la vase.
Marv : Laisse-moi y aller. Les jaunes ont mis des mines partout. Je sais comment les éviter. Et puis tu vas lui foutre les boules à la fille.
Derek : Et toi avec ta gueule de macaque tu feras mieux ?

Marv : Attends, j’ai les muscles de Mike Tyson, le sourire de Denzel Washington, et la tchatche de Samule L Jackson. Elle me suivra.
Derek : T’as surtout les yeux de Ray Charles. C’est un mec comme moi qu’elle veut la poulette.
Marv : Ah ouais ?
Derek : Ouais
Marv : Ouais ?
Derek : Ouais. J’ai le charme de Johnny Depp, la classe de Sean Connery, l’expérience de Steven Seagal, les yeux de Wenworth Miller et le sourire de James Dean. Alors fais pas le malin.
Marv : Et la marmotte elle met le chocolat dans l’emballage…
Derek : Hein ?
Marv : Rien, c’est une expression française…
Derek : Si y a des mecs que je déteste plus que ces PDs de bridés, c’est bien ces PDs de français.
Marv : Moi j’aime bien les françaises.
Derek : C’est pas pareil. Tant qu’une femme parle pas, elle est bonne pour moi.
Marv : Et celle-ci à l’air plus que bonne.
Derek : Trop bonne tu veux dire. M’en fous des bouffeurs de riz, j’y vais.
Marv : Arrête tu vas nous faire repérer.

[Marv essaie d’empêcher Derek de descendre. Ils en viennent aux mains. Dans la pénombre ils ne voient pas une banane glisser de la poche de Marv, et Derek, tentant de prendre appui sur la branche, glisse dessus et tombe bruyamment sur le sol. Alertés par ce bruit inhabituel, Kim et Kim, qui s’apprêtaient à sortir la blonde de la vase, courent en direction de Derek.]

Kim : C’est sûrement l’Américain capitaliste
Kim : Oui, il a du sauter sur une mine.
Kim : Le chef va nous donner une récompense
Kim : On pourra peut-être avoir des nems
Kim : Fonçons.

[Sonné par sa chute, Derek n’entend pas les jaunes arriver. Et il se retrouve bientôt avec deux AK47 braqués sur lui.]

Kim : Alors l’Américain, on tient plus debout ?
Kim : On prend des bains de boue ?
Kim & Kim : Oohohohohhohohohoooo
Kim : super ton jeu de mots
Kim : eh ?
Kim : Bon, on l’emmène. Suis-nous, pédale blanche.
Kim : Attends. Il est où ton singe ?
Derek : Il fait des blagues avec des peaux de bananes
Kim : Ohohoho. Ca marche pas. Tu vas parler.
Derek : Va te faire enculer.
Kim : Laisse tomber il parlera pas.
Kim : Mais faut trouver le singe
Kim : Avec cette nuit sans lune, autant chercher un poil sur le torse de Kim
Kim : Oui, laissons le Russe s’occuper de lui…

[Et ils l’emmènent au campement…]

--------------------------------

[Depaz]

Marv’ : Et voila…
Pourquoi il faut toujours qu’il fonce sans le tas sans réfléchir ce con… ? Exactement comme pour mes pièges ! Bien fait pour ton cul mon gars.
Bon maintenant réfléchissons…

Me voila seul en haut d’un arbre, protégé par la nuit et la peur qu’inspire ma couleur aux gens du coin.
Niveau armement je suis un peu léger par contre : un régime de bananes au grand complet, quelques accessoires dont j’ai le secret, le couteau de l’autre taré et… c’était quoi déjà sa formule… ma.. ??...merdeuuu…et mon couteau …, ah voila… ma bite! Ma bite et son couteau.Avec ça je suis paré.

Si on avait pas en commun la bannière étoilée et la haine du bridé je te laisserais bien claquer ici, tu mériterais que je te laisse crever comme un chien juste pour toutes les conneries que t’as peu sortir sur mes frères de couleur. T’as de la chance d’être américain.

Etape un, trouver ou ces bouffeurs de riz ont fait prisonnier Derek
Etape deux, Voir du coté des cages ce qu’est devenu la fille

Non, finalement je vais plutôt commencer par l’étape deux. Une petite séance de torture locale ne peut pas faire de mal à Derek, ça luç fera peut etre revenir les bonnes manieres et un peu de vocabulaire. En espérant qu’ils ne commencent pas de suite par le rat.
Dimitri va sûrement tenir a le faire parler donc il est encore en vie pour quelques temps. Allons plutôt voir qui se cache derrière la super paire de seins que j’ai vu tout à l’heure. Je serais son sauveur et ensuite elle me remerciera en me…

Kim : Halte !
Marv’ : Qui ose déranger l’esprit des arbres ?
Kim : On m’a prévenu pour ta couleur, tu n’es pas un esprit de la foret
Marv’ (intérieurement) : merde…
Mwahahahahhaha ! Ecoute nabot, si tu veux pas subir les foudres de l’esprit des arbres saisi la chance que je t’offre de rester en vie et va t’en. Je suis dans un bon jour et je retiendrais mon courroux
(une rafale de mitraillette vient interrompre son discours)

Kim : Te fous pas de ma gueule, je sais que t’as ça de naissance. Dimitri te veut pour une expérience alors il te faut vivant et c’est moi qui vais te faire une fleur en ne t’abattant pas.
Marv’ : Ok, mec, on va la jouer cool alors car ni toi ni moi souhaitons que je meurs. Alors recule un peu, avoir une mitraillette braquée sur moi de si près ça me crispe
Kim (en reculant) : Ok, mais t’avise pas d’essayer de m’échapper. Dimitri m’a dit que les gens de ta couleur courraient vite mais mes balles te rattraperont alors pas de betises
Marv’ : J’arrive, j’arrive…
Kim : allez bouge toi un peu la r….

[kim, soudainement déséquilibré, s’écroule et voit sa tête finir sur une pierre, et sa vie par la même occasion]

Marv’ : le coup de la peau de banane est vieux comme le monde mais ça marche à tous les coups.
Bon, voyons où se trouve la future madame Marv’
[Marv’ glisse au bas de l’arbre, récupère l’arme de Kim et se faufile au milieu des hautes herbes]
Le repères que j’ai pris en haut de l’arbre ne me servent a rien, ces putains d’herbes m’empêchent de voir a plus d’un mètre.
D’ailleurs c’est quoi ces merdes ?
Oh, putain on dirait du riz mais en 15 fois plus grand ! Je vais en prendre quelques plants, avec un peu de chance ils tiendront jusqu'à notre retour à la base et j’arriverais à les mettre dans mon potager. Un peu de diversité alimentaire ne me ferait pas de mal, je commence a avoir fait le tour des recettes à base de banane.
[ Il arrache à pleine main des plants de riz et les stocke dans son sac tout en continuant sa progression ]

Où te caches-tu ma chérie ? Allez, ne fais pas ta timide…

Merde, des gardes !

Kim : Et dire qu’à même pas cent mètres sur la gauche il y a une femme comme on en a jamais vu et qu’on a même pas le droit d’y toucher…
Kim bis : c’est rageant ! Ca fait je ne sais combien de temps qu’on a pas vu une femme et voila qu’on en a une et pas moyen de lui faire son affaire.
Kim : T’as participé a la loterie ?
Kim bis : La loterie ?
Kim : Le jour où elle ne sera plus utile au chef on aura droit de l’honorer comme il se doit et de rattraper notre retard en matière de présence féminine. Et pour pas que ce soit une vraie tuerie au moment de savoir qui va lui passer dessus on a fait une sorte de loterie. Tu tires au sort une sorte de ticket qui détermine ton ordre de passage.
Kim bis : putain j’ai raté ça !
Kim : Tous les numéros ne sont pas en jeu d’un coup pour qu’il y ai quand meme un avantage aux plus rapides. La ils doivent en etre au lot alllant de 200 à 250
Kim bis : et toi, t’as le numéro combien ?
Kim : 27. J’espère qu’il en restera quelque chose…
Marv’ (chuchote de façon a n’être entendu que de kim bis): ici l’esprit des champs...ne te retourne pas et écoutes moi bien.
Si tu as de la chance tu seras, au mieux, le numéro 200, penses tu qu’il restera quelque chose d’exploitable au moment où viendra ton tour si tu as un tel numéro ? Le numéro 27 te permettrais d’avoir ton mot à dire avec une femme superbe bien plus rapidement et encore désirable. Penses-y…
Ces seins fermes et généreux, ce ventre plat et ce visage d‘ange, qu’en restera t’il après que 199 hommes soient passés dessus ? Je te laisse imaginer dans quel etat ils vont la laisser

Kim bis : gloups
Marv’ : Moyennement excitant non ? Empares toi du 27 et à toi la bombe dont tu rêves chaque soir depuis son arrivée dans le camp.
Kim bis : Mais comment, oh esprit du riz..
Marv’ : des champs.
Kim bis : pardon !
Marv’ : Je t’excuses pour cette fois ci. Tues Kim et à toi son ticket. Une fois ton forfait accompli éloigne toi, on mettra sa mort sur le compte du démon noir.
Rappelle toi, 27 ! Entre 26 prédécesseurs et plus de 200, fais ton choix.
Kim bis (intérieurement) : c’est bien la première fois que je vais être content que les coréens soient un peu sous équipés…
Marv’ : je suis sur que tu penses a ce que tes collègues vont lui faire, mais réjouis toi, il sont encore moins bien dotés que toi…
Kim bis : vous lisez dans les pensées ?
Marv’ : en quelque sorte
(Intérieurement) tous les mecs penseraient pareil, moi le premier. Et c’est pour ça qu’il faut que je la libère.
Kim bis : Et pour ma… ?
Marv’ : Ca se voit de suite
Kim bis: je comprends…hé hé
Marv’ : hâtes toi sinon tu vas laisser passer ta chance !
Kim bis : ok.
Kim: qu'est ce que tu marmone depuis tout à l'heure ?
Kim bis plante  prestement la lame de son couteau dans la gorge de son malheureux collegue et, apres l’avoir délesté de son ticket, s’en va dans les hautes herbes en direction de la jungle pour se faire oublier
Marv’ : le compliment sur la queue marche a chaque fois !


La voie est libre, à nous deux madame Marv’…

[a suivre...]

 

Repost 0
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 23:20
[Dyonis]

Petit Kim : Hey ! Mini Kim ! Comment va la salope blanche ?
Mini Kim : Elle se fait sucer…
PK : Hein ? Par qui ? Vous vous amusez sans les copains ?
MK : Par les sangsues, Vermicelle de riz !
PK : Par les ?
Ohohohohohho
(rire bien coréen)
Sacré Kim !
MK : Elle va bientôt devenir complètement rouge …
PK : Belle couleur, très tendance. Mais c’est pas le pied sur une belle blanche.
MK : Ouais, elle sera bientôt plus baisable…
PK : Ouais mais comme de toute façon, les mignonnes c’est toujours pour le chef…
Moi aussi je veux me servir de ma baguette, nom d’une nouille crue !
MK : T’inquiète, notre tour viendra.
PK : Ouais, après les morpions laissés par le chef et le Russkof…
MK : Tiens, à propos du chef, des nouvelles du front ?
PK : Ben on se prépare à l’attaque de l’Américain
MK : Il est très fort, il paraît. On le compare à Chuck Norris.
PK : J’y crois pas trop. Et puis il n’a aucune chance contre le chef. Jamais personne n’a battu le chef, pas même moi.
MK : Oui mais toi c’est normal, tu te bats comme un écureuil…
PK : Et toi comme un cerisier. Tu veux qu’on vérifie tout de suite qui est le plus fort ?
MK : Euh … je préfère m’économiser pour Derek. Je préfère la gloire aux sous-fifres…
PK : C’est ça, on verra combien de temps tu tiendras.
Parlons d’autre chose, tu m’énerves.
MK : Bon. Ben y a aussi le singe sans poils, faudra s’en méfier. On le dit imprévisible avec ses techniques bananières…
PK : Foutaises…
Ses bananes, on va les lui foutre dans le cul, ça lui apprendra.
MK : Euh, Ptit Kim, depuis le temps qu’il est dans la jungle, je crois que ça lui fera plus grand-chose. Un peu comme le chef avec ses suppos…
PK : Chut, il arrive, le chef. Il ne doit pas savoir que nous savons. Sinon il nous en passera un.
MK : Nom d’une sauce aigre-forte, tu as raison. Au garde-à-vous !
Le chef : Alors les gars, c’est calme dans le secteur ?
MK + PK : Oui chef, bien calme chef !
Le chef : Gardez l’œil ouvert. D’après Dim, Derek devrait attaquer par ici.
PK : Hein ? Mais pourquoi par ici, chef ? C’est con, chef. C’est super découvert ici, chef.
Le mec, il est de la CIA, il va sûrement se la jouer discret et passer par ici où on le verra à 2 kilomètres.
Le chef : Suffit ! On ne discute pas mes ordres !
Dim m’a dit que Derek ne pouvait pas résister à l’odeur d’une salope en détresse, il viendra obligatoirement par ici ! Et puis il paraît que la discrétion, c’est pas vraiment le fort de la CIA, encore moins de Derek.
PK + MK : A vos ordres, chef !
MK : C’est astucieux, chef !
Le chef : Merci Mini Kim, je sais. Je vais vous envoyer des renforts.
PK + MK : Chef, à vos ordres, chef !
PK : C’est vous le meilleur, chef.
MK : Ouais chef, les forces rouges vaincront la menace capitaliste, chef.
Le chef : J’y compte bien, les gars, j’y compte bien.
En attendant, sortez-moi cette pute de la flotte. Si elle ne ressemble plus à rien, Derek ne mordra pas à l’hameçon.
PK + MK : Oui, chef, vos intelligentissimes idées seront accomplies, chef !

Nous voyons ici le chef saluer ses deux soldats, se retourner et se gratter le cul. Les deux Kims ne se font pas prier pour ricaner de ses problèmes intestinaux en montrant le derrière de leur patron du doigt. Le chef ne remarque rien et s’avance vers Dim…

[Intermède publicitaire : Cette scène vous a été offerte par les suppositoires Castor, les seuls suppositoires à insertion facile et qui ne ressortent pas au premier au mouvement. Son secret ? Un applicateur révolutionnaire qui épouse harmonieusement les contours de l’anus. Existe en taille jaune et noire.]

Le chef [s’éloignant en compagnie de Dim] : Dim, dites-moi, où en est-on avec ces ogives nucléaires … ?

----------------------------
[Depaz]

Dimitri entraine le chef au loin dans les roseaux

Dimitri: A ce propos faut que je vous parle. Nos camarades du nord ont visiblement mal lu le bon de commande, regardez moi ce bordel
Le chef: Où est le soucis ?
Dimitri :
[ en russe] c'est bien ce que je pensais, c'est commun a tous les habitants de cette region du monde. Exporter la revolution c'est bien mais faudrait voir a bien choisir ses alliés.
Le chef: einh ?
Dimitri: Sonnez le rassemblement de vos troupes. Notre priorité c'est Derek. Je veux la peau de cet enfoiré comme descente de lit!
Le chef: et pour l'homme peint ?
Dimitri: il me le faut aussi mais vivant, j'aimerais verifier certaines légendes qui circulent sur ces gens là.
Le chef:
Bien!
il s'en va en courant en direction des barraquements de ses troupes

Le chef: Kim, Kim et Kim, allez me chercher Kim et tous les autres, l'heure est proche !

Dimitri:
[seul dans le hangar] Non mais regardez moi ce bordel...
ils ont fauché le missile et sa rampe de lancement mais aussi tout ce qu'il y avait dans le convoi et on dechargé ça en vrac comme des veaux.
On va mettre un temps fou à tout ranger pour dégager l'ogive. Putain de bridés...

On verra ça plus tard, maintenant il faut que je m'occupe de l'autre américain, j'ai hate de découvrir ce que cachent les legendes sur les hommes de couleur, ça promet une séance de torture pleine d'enseignements. Autant joindre l'utile à l'agréable...(sourire cruel)

Etape un: sortir l'appat.
J'espère que son sejour prolongé dans l'eau ne lui aura pas trop fletri la peau car Derek ne se déplacera pas pour un boudin. Quoique je prends peu de risque vu comme elle est équipée.
Ca me fait mal au coeur de devoir laisser une fille comme ça croupir dans des marais mais bon il faut qu'elle apprenne à obeir. Une fois docile elle sera mienne et, qu'en j'en serais lassé, elle partira alimenter le reseau de mon frère. Il m'a parlé d'une petite ville dans le sud de la France où elle a déja sa place de reservée. Elle a un nom amusant "demin" si je me rappelles bien ou quelque chose comme ça. Y'a pas de petits profits.
Avec leur saleté de respect rigide du dogme il n'y a pas une femme a moins de 6 heures de route d'ici. Dommage car les autochtones sont super jolies...Un peu petites mais bon.
Et moi pendant ce temps là je suis obligé de rester avec ces bouseux car ils ne sont pas foutus de faire une guerre correctement... Heuresement q'ils ne sont pas tous comme ça les leaders de notre grande et sainte cause et qu'en face ils sont presqu'aussi cons que cette bande de villageois. Qu'est ce que j'ai fait pour aterrir ici.
"Tu vas voir du pays et avoir l'honneur d'apporter la bonne parole et la revolution de part le monde" qu'ils disaient... Ah ça, du monde l'en ai vu... Mais mis a part les bordels locaux rien de bien palpitant et méritant le déplacement.
Mais là c'est différent. Derek est ici alors je me dois d'y être, on a quelques petites choses a regler.
Non, je n'ai pas oublié Djakarta et a mon avis tu dois avoir en travers de la gorge l'assaut de Marast



Marv'
: Eh mec, reste a couvert merde !
On est en plein dans leur camp et toi tu te ballade debout, torse nu le couteau au clair avec un gros bandeau rouge bien voyant, tu veux nous faire buter ou quoi ?
Derek: J'ai appris comme ça !
Marv': et bien ici les regles sont différentes. Je connais le terrain et je suis le seul a pouvoir te ramener à la base donc si tu veux pas que je te laisse en plant ici tu fais comme j'ai dit et et tu ramene ton cul par là.
Derek: Vous faisiez moins les malin dans les champs de coton...
Marv': Quoi ? Qu'est ce que tu viens de dire ?
Derek: T'as tres bien entendu.
Marv': Tu me déçois mec, enormément.
Derek: Ca va tu vas pas pleurer. je retire ce que j'ai dit ça te va ?
Marv': Non
Derek:Fais chier...
Marv': rends toi utile, tais toi on y est presque. Prépare les bananes, va y'avoir de l'action.


[a suivre]


ps: demin = hyeres , ville du sud de la france, proche de Toulon
Repost 0
17 décembre 2007 1 17 /12 /décembre /2007 22:50

[Dyonis]

Derek et Marv’ s’enfoncent dans la jungle, Marv’ en tête qui de sa machette se fraie un chemin en évitant évidemment ses fameux pièges.

Marv’ : Fais quand même gaffe où tu mets les pieds, il y a de drôles de bestioles par ici.
Derek : Genre ? Des araignées ou des scorpions ? J’en fais mon petit déj’.
Tiens au fait on mange quoi au petit dèj' en Afrique ?
Marv’ : D’après mon père rien …
Derek : T’y es jamais allé ?
Marv’ : Non, mes parents avaient pas les tunes.
Derek : Aïe, putain, c’est quoi cette plante qui gratte ?
Marv’ : Une ortie …
Derek : Faudrait que t’envisages d’utiliser ça comme arme, avec des bananes, ça peut faire un mélange détonnant.
Marv’ : J’y penserai. Dis c’est quoi que t’as gravé sur le corps du nem ?
Derek : C’est une insulte en javanais. C’est difficilement traduisible. En gros ça veut dire que la mère de Kim est une grosse pute.
Marv’ : Ah ouais, cool mec. J’aime bien la polysémie que tu donnes à « Kim ».
Derek : Gné ?
Marv’ : Ouais, comme tous les coréens s’appellent Kim, c’est comme si ton message s’adressait à tous les coréens.
Derek : Euh … ah euh ouais, c’était le but en fait.
Marv’ : Je suppose … Et comment ça se fait que tu parles javanais ?
Derek : C’était lors d’une mission pour la CIA à l’île de Java, célèbre dans le monde entier pour son célèbre javanais, un gâteau délicieux. On avait été envoyés là-bas parce que c’était l’île de l’Indonésie où ce qu’il y avait le plus de monde et que les bougnoules qui dirigent là-bas, ils voulaient que les gens ils aillent vivre un peu dans les autre îles. Alors comme à l’époque on était potes avec les arabes, on est allé leur filer un petit coup de main pour les foutre dehors.
Marv’ : Charmant … Et c’est donc au contact de la population locale que tu as appris le javanais. Mais les gens que tu devais virer, ils t’insultaient ?
Derek : Oui, mais bon, c’est surtout dans les bars à putes que j’ai appris. Curieusement, le sultan voulait surtout virer les populations qu’il appelait bordeliques. Et comme tu dis, ben ces gens-là ils se laissaient pas faire facilement, surtout les femmes, et il a donc « fallu donner de sa personne » comme dirait Dimitri. C’est d’ailleurs là que je l’ai rencontré.
Marv’ : La CIA et le KGB travaillaient ensemble sur cette affaire ?
Derek : T’es fou !?! Jamais on ne bossera avec ces enculés. Nan ils étaient venus foutre la merde comme d’habitude. Ils voulaient aider ces gens que « le capitalisme totalitariste voulait réduire à l’état d’esclavage en les envoyant dans des goulags aux proportions gargantuesques ».
Marv’ : Cette phrase elle est aussi de Dimitri ?
Derek : Oui pourquoi ?
Marv’ : Je sais pas, je m’en doutais, comme un soudain changement de style. Et finalement ça s’est terminé comment ?
Derek : Ben on a flingué tout le monde et on est rentrés à la maison.
Marv’ : La routine quoi ?
Derek : Comme tu dis. D’ailleurs, je suis chaud là. On est encore loin ?
Marv’ : Plus très loin. On va arriver par le côté des cages à prisonniers, tu pourras te rincer l’œil.
Derek : Je propose qu’on commence par délivrer cette brave fille… pour la mettre en lieu sûr.
Marv’ : Oui comme ça elle ne risque pas de prendre une banane perdue.
Derek : Ca dépend quelle banane, parce que si c’est la mienne …
Marv’ : Der’, tais-toi steplaît.

----------------------------

[Depaz]


Derek : T'as rien contre les moustiques, j' me fais littéralement pomper par ces enfoirés.
Marv' : Tu m'excuseras mais c'est toi qui n'as pas voulu t'enduire de farine de banane fermentée. C'est radical contre ces bestioles.
Derek : Ca va, on va pas en parler toute la nuit de tes super conseils et trucs à base de banane
Marv' : en tout cas toi qui rêvait de te faire pomper…
Derek : On avait dit qu…
Marv' : Arrête, t'as pas arrêté d'en parler hier, " pomper " par ci " siphonner " j'ai eu droit tous les synonymes possibles, et sûrement à l'intégralité de ton vocabulaire par la même occasion.
Edifiant.
Derek : T'as vraiment rien contre vampires qui me sucent comme si j'étais le seul être vivant sur terre
Marv' : Sucer pour sucer..
Derek : Tu la ramène encore sur ce sujet et je te fais bouffer toute ta bananeraie
Marv': Ok t'enflammes pas gars, je disais ça pour déconner.
chut... on approche...Regarde Derek, ils sont un bon paquet et bien équipés, il va falloir abandonner ton idee de "je fonce-je dessoude au M16 par paquets de dix"
Eh t'écoute ce que je te dis p'tit blanc ? ?
Derek: Désolé mais pendant que toi tu matte des mecs armés, chacun ses fantasmes, je recherche la fameuse captive dont tu m'as parlé en des termes forts élogieux
Marv': Tu peux pas la rater c'est la seule qui est pas jaune et toute seche... avec le russe.
Derek: Dimitri...
Marv': Tiens jette un coup d'oeil a la droite du saule pleureur, deuxieme cage en partant de la droite
Derek ( le souffle coupé par ce qu'il voit ): Sacrée capacité respiratoire. Quels poumons !
Marv': Fan de plongée en apnée ? Plutôt en statique ou mobile ?
Derek: Einh ?
Marv': Désolé j'ai cru un instant que tu ne parlais pas de cul
Derek: Ca se voit que tu me connais pas encore très bien !
Marv': J'suis pas pressé...
Derek: Einstein a une idée de plan subtil vu que le mien n'est pas assez fin pour monsieur ?
Marv': Laisse moi réfléchir un peu tu veux...? Continue à mater "miss airbags".
Derek: Airbags ?
Marv': C'est le nom que j'ai donné à une de mes futures inventions. Un système de coussins qui se gonfleraient automatiquement en cas de choc pour protéger l'usager.
Derek: Mouais... Et y'a de la banane dedans je suppose.
Marv': Forcément. Le coussin serait gonflé par une cartouche de gaz de banane.
Derek: Suis-je bête... Comment n'y ai-je pas pensé plus tôt ?
Marv': Je te sens sarcastique sur ce coup là ...
Derek: ???
Marv': Laisse tomber
Derek: Essaye d'utiliser que des mots que je connais si tu veux qu'on continue à s'entendre.
Marv': Ruskov, niak, bite, nichon, pd ?
Derek: Tu vois quand tu veux!
Marv'(acablé) : Je vois.
Marv': Donc je disais, il va falloir revenir plus tard avec un plan mieux construit que le tien si on veut sauver miss nichons et mettre une branlée aux jaunes et à l'autre têteur de vodka.
Derek: Ce qui serait cool c'est de prendre des photos des lieux. T'aurais pas ça sur toi ?
Marv'(ironique): Désolé avec les bananes j'ai pas reussi à faire le flash et la définition est mauvaise.
Mais c'est pas toi le gars de la CIA? C'est à toi d'avoir tout le materiel sophistiqué et les gadgets d'espionnage.
Derek: Je suis venu ici en congé, ma présence n'est pas officielle. Alors j'ai juste le minimum.
Marv': c'est a dire?
Derek: Ma bite et mon couteau
Marv': C'est tout
Derek: Plus quelques truc fauchés sur le corps de mes vicitimes
Marv': C'est pas gagné
Derek: Un vrai américain ne doit jamais douter de la victoire, Marv' !
Marv': En parlant de victoire... Allons jeter un oel un peu plus près de la partie reservée aux prisonniers (air gourmand) . Et au passage essayons de débusquer quelques infos utiles pour notre opération à venir.
Tiens regarde, ton russe est la bas...

 

[a suivre...]

Repost 0
2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 01:35
[Dyonis]

Le chef : Quoi ? Dim’ ? Tu le connais ?
Dimitri : Un enculé pareil, ça s’oublie pas, da !
Le chef : T’es sûr ? Parce que Kim dessine comme un casque bleu.
Et Puis … faut dire qu’en plus, il l’a fait sur du PQ…
Kim : Ouais, même que c’est pas du triple épaisseur et qu’on a tous des hémorroïdes.
Le chef : Kim ?
Kim : Oui chef ?
Le chef : Ta gueule Kim
Kim : Ok, chef.
Dimitri : Ouais, je suis sûr. Des gros muscles, des yeux globuleux, des cheveux rasés pour cacher sa calvitie naissante, une petite bite, ça peut être que lui.
Le chef : Comment tu sais qu’il a une petite bite ?
Dimitri : C’est un américain.
Kim : Chef, c’est cool chef, on n’est pas les seuls, chef
Le chef : Kim…
Kim : Je sais chef, je ferme ma gueule.
Dimitri : Derek Mc Figthie, on se retrouve enfin …
Le chef : Et pour ce qui est du démon noir, Dim’, ça te dit quelque chose ?
Dimitri : Ben c’est un noir quoi !
Le chef et Kim : Un noir ???
Dimitri : Ben oui, un noir. Un homme de couleur noire, z’avez jamais vu des films sur la guerre du Vietnam ?
Le chef : Non
Dimitri : Jamais été visité par l’armée américaine ?
Kim : Non, c’est toujours l’armée française qui vient nous voir. Ils essaient de nous refiler un porte-avion pourri.
Le chef : Soit. Qu’avons-nous à craindre de ce Derrick, Dim’ ?
Dimitri : Derek, chef, c’est Derek… et nous avons beaucoup à craindre de lui…
[Et il montre sa cicatrice]

Retour à la casa Banana que nos amis s’apprêtent à quitter.

Derek : Et alors ce qu’il y a de très drôle avec les Russes, c’est qu’ils ont des petites bites.
Marv’ : Comment tu le sais ?
Derek : C’est une pute viet’ qui me l’a dit. Et puis c’est bien connu.
Marv’ : Si tu le dis…
Derek : Ouais, moi si j’aurais une bite de Russe, j’oserais jamais aller chez les putes, ohohooo
Marv’ : Euh, Der’, c’est « si j’avais » qu’il faut dire.
Derek : On s’en fout, et on vérifiera avec celle de Dimitri.
Marv’ [pour lui-même] : Faut que j’arrête de le faire fumer moi…
Derek : Bon, mon frère, c’est par où le village des niaks ?
Marv’ : 487e bananier à gauche, puis champ de bambous sur 600 mètres. Après on se tape un marécage bien crade, puis la jungle et le grand baobab, un arbre typique de la région, où c'est que les bridés ils ont construit leur camp.
Derek : Et pour ce qui est de tes « supers » pièges… ?
Marv’ : T’inquiète, on les évitera. A moins que tu ne décides de bourrer dans le tas comme l’autre fois…
Derek : Je ferai gaffe, mecton. Au fait, y a pas de lapins j’espère ? J’ai horreur des lapins.
Marv’ : Non…
[Soupir]

----------------------------
[Depaz]

Kim: Qu'est ce qu'il y a de marqué ?
Dimitri: C'est du javanais. Derek en a appris pendant une mission la bas et depuis c'est sa marque de fabrique
Kim: Et ça dit quoi ?
Dimitri:

elle est debout sur mes paupières
et ses cheveux sont dans les miens,
elle a la forme de mes mains,
elle a la couleur de mes yeux,
elle s'engloutit dans mon ombre
comme une pierre dans le ciel

elle a toujours les yeux ouverts
et ne me laisse pas dormir
ses reves en pleine lumiere
font s'evaporer les soleils
me font rire, pleurer et rire,
parler sans avoir rien a dire


C'est français , Paul Eluard, "l'amoureuse"


Kim: Pour de bon ? eh ben...
Dimitri: Non , en fait pas vraiment.
Kim: Ah.
Dimitri: Ca parle de ta mère.
Le chef: Sa mère ? Comment cet enfoiré peut connaitre Kim ? Moi j'ai déja du mal à les reconnaitre les uns des autres....
Dimitri: Derek est un familier des bordels des pays qu'il "visite"
Kim: Ok... je vois... il n'y a pas que le pays qui se fait "visiter"...
Eh, attend un peu toi le ruskov ! Ma mère n'est pas une pute!
Dimitri: Laisse moi finir ma phrase.
Celle sur les "visites" Je la note, je la resortirais.
Appelle moi encore "ruskov" et même ta mère, puisqu'on parlait d'elle, ne te reconnaitra pas.

Donc je disais, Derek est un pilier de bars à putes et c'est la bas qu'il s'impregne de la culture locale, et notamment de son langage fleuri. Il se debrouille dans toutes les langues pour connaitre le prix d'une nuit et les services rendus, mais en dehors de ça c'est vraiment une brêle.Polyglotte? mon cul !
Mais de temps à autres il apprend un mot ou deux qui ne servent pas à obtenir les faveurs de filles de joie et alors il se fait une joie (presqu'un devoir) de l'utiliser dès qu'il en a l'occasion.
Là, visiblement, il revient d'une mission sur l'île de Java et a du fréquenter un bar peu recommandable.
Le chef: Ca me dit pas ce qu'il y marqué
Dimitri: Ca concerne aussi votre mère et je ne suis pas sûr que vous vouliez vraiment l'entendre.
Le chef: Dis moi ça, je veux savoir ce que ce fils de chienne a bien pu ecrire sur elle
Dimitri: Ah, vous y êtes presque (il s'approche et lui dit ce qu'il a lu sur la poitrine de la victime de Derek)
le chef: Ah le.... je n'ai pas de mot assez vulgfaire pour le qualifier !!!
Kim! Va me chercher ce que nous on laissé nos amis vietcong pour "cuisiner" les américains, ca va reservir sous peu.
Ah le rat, le chien galeux, le... le... le...
Dimitri: Puis-je vous suggérer "pédéraste"
Le Chef: C'est une insulte ?
Dimitri: La pire pour Derek. Elle sous entend qu'il préfère recevoir d'un homme que donner à une femme.
Le chef: "Pederaste". Ca lui va plutôt pas mal. Avec ce noir, seul, dans la jungle, pas une seule maison close a moins de 200 km ni un seul village... il peut s'en passer des choses...
Dimitri: Ah ça ! ...
Le chef: Attention, je te vois venir.....
Nous aussi on est dans la jungle et y'a pas de femmes... Mais on est pas de ce genre là !
T'as qu'a voir les bras de mes gars, c'est du solide !
Dimitri: Au début je pensais à des malformations mais maintenant je comprends mieux.
Le chef: C'est pas bien glorieux mais on a fait ce choix pour notre cause, la suppression de tous adorateurs du dieu dollar, au profit des masses laborieuses, jusqu'ici honteusesement exploitées par ces vampires de capitalistes.
Dimitri: (d'une voix pleine d'émotion) Cause qui vaut tous les sacrifices
Le chef: Parlez nous un peu de cet "homme noir". Vous dites que c'est sa vraie couleur ?
Dimitri: Oui, cet homme est noir de naissance
Le chef: Quelle horreur, ça a du être dur à vivre pour ses parents...
Dimitri: Eux aussi sont noirs. C'est leur couleur naturelle
Le chef: Hmmm...Voila qui ne manque pas d'interet.
Dimitri: Cet homme noir doit également être américain et c'est forcement lui qui utilise la banane comme arme, un reflexe surement dû a ses lointaines racines africaines.
Le chef: (pensif) La banane...
Dimitri: Si j'en crois les documents de la CIA interceptés par nos services, les africains ne vivent que de la banane. Maisons, habits, moyens de transport, tout est à base de banane. les armes n'échappent pas à la règle.
Le chef: Ont-ils des spécificités autres que leur couleur ces "noirs"?
Dimitri: Nos archives du contre espionnage font apparaitre qu'ils maitrisent la sorcellerie, qu'ils apprendraient a l'école sur des poupées, seraient dotés d'une particularité physique spécifique à la région et qu'ils seraient de sacrés blagueurs.
Le chef: Une particularité physique ?
Dimitri: Oui
Le chef: Quelle est elle ?
Dimitri: Nous n'avons pas encore réussi à la trouver.
Le chef: La légende veut qu'ils soient droles et qu'ils aient un grand sens du sacrifice, vos confirmez ?
Dimitri: Nous n'avons jamais réussi à en attraper un vivant, je ne peux donc rien affirmer
Le chef: Etranges personnes que ces gens colorés...
Dimitri: Certes.
Le chef: En tout il a fait la preuve de son efficacité,il faut agir et vite. Surtout que l'autre chien d'américain s'est permis des propos plus que déplacés et sur le corps d'un de mes hommes qui plus est.
Une chance que vous parliez javanais...
Au fait...Où avez appris le javanais? Au même endroit que Derek ?
Dimitri: Cette information est confidentielle est relève des missions que j'ai accompli pour mon pays. Vous n'avez pas à en savoir davantage.
On doit préparer notre plan d'action. Il ne faut pas leur laisser l'initiative.

[a suivre]
Repost 0
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 16:53
[Dyonis]

Chez Marv’…nos deux amis fumant la pipe…

Derek : Et alors j’lui ai dit « Ta gueule enculé, c’est moi le plus fort, et je vais te le prouver bordel de merde »
Marv’ : Et il a dit quoi ?
Derek : Il a dit … il a dit … il a dit : « passe-moi cette putain de pipe »
ahahahahaaaa, je suis défoncé moi
Marv’ : On voit que t’as pas l’habitude surtout
Derek : Tu rigoles ou quoi, à la CIA on a la meilleure herbe du monde et quand on n’est pas en mission on se défonce sans arrêt. Même qu’une fois Joe a fait une soufflette à un chat et …
Marv’ : Ok mec, laisse tomber, continue ton histoire
Derek : Je disais quoi déjà ? Ah ouais, ben ct’enculé de russe de merde avec ces putains de cheveux blonds d’tapette là, il m’a dit avec son accent pourri : « non, c’est moi qui vais t’écraser d’un seul coup ».
Marv’ : Waw il avait du cran ct’enculé !
Derek : Ouais, ptêtre, n’empêche que c’était un pd wahahahaha et je lui ai bien niqué sa gueule à cette merde. Mort par mes poings, un grand honneur que tu as eu là, Dimitri…
Marv[les yeux écarquillés] : DIMITRI !
Derek : Ben ouais, Dimitri, c’est un blaze normal pour un Russkof. On voit que t’as pas la télé hein.
Marv’ : Attends, DIMITRI, un grand blond, Russe avec une cicatrice sur la joue gauche et une grosse pustule sur le front ?
Derek : Pour moi tu sais les communistes, ils se ressemblent tous…
Marv’ : Et avec un tatouage de gonzesse « I love Leningrad for ever » sur l’épaule droite ?
Derek : Ouais c’est ça. Tu le connais ?
Marv’ : Il est ici, chez les ptites bites !
Derek : Quoi ? Dimitri, mon pire ennemi, cet enculé, s’en serait sorti ?
Marv’ : Ben faut croire que oui, c’est le conseiller militaire du Grand Bridé en personne.
Derek : Bordel de cul de merde de putain d’enculé de fils de pute ! T’aurais pas pu me le dire plus tôt ? C’est décidé on y va ! Tout de suite !
Marv’ : Euh tu veux pas prendre un douche avant ?
Derek : Pourquoi ? Je pue ? Ca te dérange maintenant ? Je croyais qu’on devait é-co-no-mi-ser l’eau.
Marv’ : Ben oui mais dans ton état …
Derek : Je me suis jamais senti aussi bien de ma vie, je vais tous les péter ahahahahahaahahahaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
Marv[levant les yeux au ciel] : Qu’est-ce que je disais…

[Et Marv’ assomme Derek d’un coup banane bien balancé afin d’éviter à son nouvel ami d’aller au devant d’une mort certaine]


Pendant ce temps-là, chez les jaunes, Kim est allé chercher DJessica comme le lui a ordonné le chef. La pauvre américaine est prisonnière dans une cage à moitié enfoncée dans l’eau putride de la rivière du camp des coréekongs. Kim ordonne d’un hochement de tête à deux soldats de remonter la cage en bambou.


Kim : Et faites attention, le chef la veut en parfait état.
Soldat 1 : Pour ça l’aurait ptêtre mieux valu pas la mettre dans la flotte hein.
Soldat 2 : Oui à cause des sangsues, elle a plein de taches rouges sur le corps, c’est moche.
Kim [furieux tout rouge, enfin rouge…] : Vous osez discuter les ordres de notre chef bien aimé ?
Soldat 1 : Euh non
Soldat 2 : Non bien sûr, honorable Kim.
Soldat 1 : N’empêche que …
[Et Kim le descend d’un coup de mitraillette]
Kim : Que cela vous serve de leçon, on ne met pas en doute les ordres du chef !
Djessica [les mains attachées et suspendues au sommet de la cage, sa poitrine transparaissant à travers son top trempé, visiblement affaiblie, ouvrant à peine les yeux] : gnnnnnnnnnnnnnn.
Kim : Ne t’inquiète pas, femelle blanche, le chef va bien s’occuper de toi. Ohoooo Toi gros nichons, moi vouloir toucher.
Djessica : Va te faire foutre enculé
Kim : Non ahaaa, c’est toi qui va aller te faire foutre, par le chef, le conseiller du chef, moi, Niang, Kim, Kim et Kim, … tout le monde quoi. Ahaaa
Djessica : Je t’emmerde !
Kim : En attendant, je vais t’amener chez le chef.

[Et Kim la délivre, puis la traîne sur le sol en la tenant par les cheveux pour la déposer au pied du chef]

Kim : Chef, voilà la fille chef.
Le chef : Merci Kim … j’ai entendu des coups de feu … ?
Kim : C’est moi chef, j’ai descendu Kim le petit qui contestait vos ordres, chef.
Le chef : C’est bien Kim, double ration de riz pour toi.
Kim : Ohooo merci chef.
Le chef : Bien maintenant laisse-nous. Dimitri et moi avons à … hum ... interroger cette jeune capitaliste arrogante.
Kim : D’accord chef [plus bas] : bonne bourre chef hinhinhin

----------------------------
[Depaz]

Le chef : Les chiens à la solde du grand capital ont décidément parfois de bien belles plantes qui poussent dans cette chienlit qu'est leur masse grouillante, avide et corrompue.
Tu merites mieux que croupir dans une cage au milieu d'un lac infesté de vermine et de sangsues, tu ne penses pas ? Les forces de la révolution ont besoin de gens comme toi, reflechis...
Djessica: Plutot crever, jamais je ne cederais ou m'allierais à la pourriture communiste.
Le chef: Si tu souhaites mourir je peux arranger ça. Mais avant saches que tu serviras de sac à jouir à mes troupes. Car oui, rares sont les femmes a vivre ici au coeur de la savane.
Tu es la premiere présence féminine ici depuis 5 mois. Aucun n'est rentré chez lui et ceux qui ont tenté on été abattus comme déserteurs, alors je te laisse imaginer ce qu'ils te reservent si tu persiste. Comme le dit notre vénéré leader "errare human est, sed perseverare diabolicum".
C'est du grec. Je te laisse deviner ce que ça veut dire...
Djessica: Vas te faire foutre sale rouge
Le chef: Hummm, tu as du caractère j'aime ça... mais je deteste qu'on me tienne tete ! Qu'on la remette dans le marais !
Djessica: J'y serais mieux qu'en votre compagnie.
Le chef: Ah au fait... Coment va ton frère? Toujours dans le coma...?
Djessica: Ordure! Je vous tuerais tous !
Le chef: C'est ça, c'est ça. L'eau vas refroidir tes ardeurs, tu vas voir.
Djessica: (trainée au loin par deux gardes) Salaud, crevure, charogne, je t'aurais !!!
Sans ma formule tu n'es rien.Juste un pantin patétique manipulé par le parti !!! Tu es pitoyable...
Le chef: Dimitri, tu t'es fait bien discret
Dimitri: On obtiendra rien d'elle par vos techniques
Le chef: Quoi, attention a ce que tu dis !
Dimitri: (d'une voix blanche et froide) Ne levez plus jamais la voix sur moi ou vous gouterez aux "spécialités" de mon pays....je me suis bien fait comprendre ?
Le chef: (deglutit) Oui, bien sûr camarade !
Dimitri: Bien. Maintenant revenons en à ces américains dont vous avez entendu parler, celui qui est peint et "derrick" .
Le chef: Kim!
Non pas toi, ni toi, non celui avec la casquette qui s'amuse avec son couteau.Amène toi !
Kim: Oui chef ?
Le chef: C'est bien toi qui m'a parlé des américains ?
Kim: Oui c'est ça. Nos camarades du groupe des "faucons pourpres" m'on rapportés d'étranges mouvements dans leur secteur et on parlait d'un etre tout noir qui tuerais a coup de bananes.
Le chef: Avec des bananes ? Qu'est ce que c'est que ces anneries encore !
Kim: Moi aussi au début je croyais a des racontards d'ivrognes ou à une légende locale et j'ai eu des doutes mais on a retrouvé un corps et j'ai du me rendre à l'évidence. Le malheureux était couvert de purée de banane et il était tout ce qu'il y a de plus mort.
Dimitri: Voila qui est intéréssant...Un démon noir dis tu ?
Kim: Oui, ou peut être un grand singe. je n'ai pas pu leur tirer deux versions qui se ressemblent. Pour certains il est immense, pour d'autres c'est un esprit... Vu qu'il etait habillé je penche plutot pour un homme qui se peint en noir pour passer inapperçu parce qu'il n'est pas des notres et profite de la nuit pour se déplacer.
Dimitri: Du camouflage...
Kim: Oui.
Dimitri: Bon ok, et pour l'autre? Pour Derek ?
Kim: Pour lui personne ne l'a vraiment vu si ce n'est ses victimes.Il en a déjà fait 4.Toujours le même mode opératoire.
Dimitri: Laisse moi deviner.. Au couteau avec 2 grandes ouvertures latérales et découpé comme pour préparer une grillade
Kim: Exactement!
Dimitri: C'est bien Derek.Pas de doute!
Il a laissé un message ?
Kim: un message?
Dimitri: Oui...Ce salaud adore faire ça.
Kim: je ne parle pas americain mais il y avait des signes bizarres sur le torse des victimes.
Dimitri: Tu pourrais les écrire ?
Kim: Bien sur
Dimitri: Q'on lui donne un papier ! Personne n'a de papier dans ce trou ?!!!

On apport de quoi écrire à Kim. il tend à Dimitri la retranscription de ses souvenirs
Dimitri: Ah l'enfoiré !
Repost 0
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 11:10
[Dyonis]

Après que Derek ai pris une douche, contre l'avis de Marv' qui estime que la meilleure façon de ne pas se faire repérer par les rouleaux de printemps c'est d'avoir la même odeur que ces chiens de jaunes, nos deux amis rentrent dans la cave d'entraînement secrète de Marv'.

Derek : Waw ! Comment t'as fait pour construire un truc souterrain dans cette jungle spongieuse ?
Marv' : Je l'ai pas construite, je l'ai aménagée. Elle a été construite par la dynastie Ming au 5e siècle, et d'ailleurs…
Derek : T'es un putain d'historien. Raconte-moi plutôt l'histoire de la banane !
Marv': La banane est le fruit du bananier. Elle a été découverte par Christophe Colomb au 12e siècle alors qu'il achetait des esclaves en Afrique.
Derek : Tu te fous de ma gueule ?
Marv' : C'est ce que mon paternel m'a raconté.
Derek : Je m'en fous d'ton paternel ! Il avait sûrement raison mais moi ce que je veux, c'est apprendre l'art martial de la banane et ta fameuse technique de l'épluchure.
Marv' : Ok man je vais t'apprendre.

[Là on voit Marv' ouvrir une caisse de bananes, en saisir une et la montrer à Derek avec un clin d'œil complice. Mais - et c'est la scène la plus subtile du film - on ne montre pas l'apprentissage afin de laisser planer un certain suspens pour le spectateur et évidemment créer la surprise au moment où ils mettront cet art en pratique.]

Nous retrouvons Derek et Marv' à la fin de leur entraînement, tous deux suant à grosses gouttes comme des vrais mecs.


Marv' : J'espère que tu vas pas prendre une douche, y a plus beaucoup de flotte…
Derek : Nan, je suis trop crevé et puis de toute façon tu pues tellement alors … Par contre, je crève la dalle. Qu'est-ce t'as à becter ?
Marv' : Des bananes.
Derek : C'est tout ?
Marv' : Oui
Derek : T'as même pas du putain de riz ?
Marv' : Parfois, quand j'arrive à en piquer aux canards laqués. Mais j'arrive pas à le cultiver.
Derek : Tu manges que des bananes ?
Marv' : Ouais
Derek : Et t'as pas la chiasse ?
Marv' : On s'y fait…
Derek : Ecoute mecton, j'ai un peu de napalm, on va les faire flamber.

Un peu plus tard…Derek et Marv' sur la terrasse, ayant achevé leur repas et fumant une herbe coréenne dans une pipe fabriquée par Marv' lui-même, discutent [Le plan est fort éloigné et on distingue à peine leurs voix. Cependant, le cadre se rapproche et nous entendons distinctement leur conversation]…

----------------------------
[Depaz]

Derek: Je te cacherais pas que je suis venu ici pour casser du bridé pour venger Franck. Alors ton super plan, tu te le met au cul et on fait à ma façon
Marv': Tout droit et on éclate tout le monde ?
Derek: Comment tu sais ça ? t'as été aussi formé a la CIA ?
Marv': Faut pas être une tronche pour capter que tu fais ça à la bourrine.
Derek: Ouais mon truc à moi c'est plutôt de faire dans l'épuré: expéditif et brutal.
Marv': Donc ton truc c'est plutôt "épuration" qu'"épuré" non ?
Derek: Ouais si tu veux, j'suis pas un savant, les études j'ai laissé ça aux boutonneux .
Marv': Ouais c'est ce que j'ai vu...
Derek: Prêt?
Marv': Euh prêt pour ..?
Derek: L'action !
[Derek s'en va en beuglant comme un furieux, préssé d'en découdre avec la racaille rouge]

Marv'
: J'en connais un qui va prendre une sacrée branlée... Si il ne se perd pas en route...
(on entend un bruit sec, suivi d'une flopée de jurons)
Marv': Et voila, ça n'a pas été long.
- Derek ! Si je ne suis pas venu par ce chemin d'après toi c'est pour quoi ? Je l'ai garni de pièges, et tu viens de gouter au plus simple d'entre eux.
Derek: P'tain ! Me suis fait baiser comme un bleu. et par un noir en plus...
Marv': Eh ouais mon frère.
Et si on passait à ma façon einh ?
Derek: Ok. mais détache moi de là. Je fais une cible parfaite ici et j'ai laché mon arme à cause de ton piège à la con.
Marv': "A la con" mon piège ? je et signale que tu t'es pris dedans...
Derek: C'est bon, on va en parler 100 ans non plus ! Fais moi descendre de là.
Marv': Comme tu veux (il coupe la corde et Derek s'éclate au sol)
Derek: Tu pouvais pas faire attention, merde...
marv': Ecoute, d'habitude je délivre pas des potes de mes pièges mais des niaks, alors tu m'excuseras si j'ai pas prévu de matelas.
Derek: Ok, laisse tomber. T'as encore de l'herbe locale ? Celle qui déchire.
Marv': C'est que j'ai le plus en stock après les bananes, y'a de quoi planer juqu'en 2075.
Allez viens, faut manifestement que je te réexplique mon plan...
(ils s'éloignent en direction du hangar à munitions, hors de porté des oreilles indiscrètes)

A ce même moment au coeur de la jungle hostile les suppots du mal tiennent un conseil secret sur ce qu'il convient de faire pour propager la haine et la terreur sur le monde libre....


Le chef: Nous sommes réunis ici pour mettre sur pied le projet qui nous a fait prendre les armes, la domination du monde !
les autres : OUAIS !
Le chef: Niang , où en sont nos recherches sur le virus ?
Niang: La femme refuse encore de collaborer mais les recherches avancent tout de même. Les molecules seront bientot prêtes et notre armée disposera enfin de la "mort noire"
Le chef: Camarades la délivrance est proche, bientôt ces chiens de capitalistes connaitront notre colère, la juste colère des tigres rouges.
Allez me chercher la femme ! Et en passant amenez moi Dimitri.
Kim: Bien chef ! (et il s'éloigne)
Le chef: Niang, où en est on pour le missile? tout est prêt ?
Niang: Nos camarades du nord nous on fourni un DX-337 longue portée volé aux forces de l'ONU de maintien de la paix. Un de leurs agents infiltrés a permis de faire ça discrètement. Ils ne se rendront compte de rien.
Grace a nos camarades sur place et leur as de l'informatique formé aux USA, l'ONU devient malgré elle notre premier fournisseur de matériel de guerre.
Le chef: Excellent! Ce sont nos ennemis qui nous fournissent l'instrument de leur supplice. Mmwahahhaahaha.
Wong chen li ?
Wong chen li: Oui chef ?
Le chef: ça c'est pour avoir douté de ma stratégie (lui décoche une rafale d'AK-47 et crache sur le corps encore pris de spasmes). Jetez moi ça aux caimans !
Dimitri: Vous m'avez fait appeler ?
Le chef: Oui, nous avons besoin des lumières de quelqu'un qui connait bien les américains car j'ai eu vent de l'infiltration d'agents. Ils seraient deux, un peint tout en noir et et l'autre se ferait appeler Derrick.
Dimitri: Derek...
(son visage se crispe et se fige en un rictus cruel et ses yeux prennent une lueur inquietante)
Repost 0
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 15:07
[Dyonis]

Derek : ouais, triste histoire comme tu dis. Surtout qu'il méritait pas ça Frankie, c'était vraiment un mec comme ça.
Marv' : comme quoi ?
Derek : comme … ben comme ça quoi (Derek lui montre le pouce levé de la victoire)
[Marv' lui offre un faciès dubitatif qui inquiète Derek sur sa santé mentale]
Marv' : J'comprends pas.
Derek : M'enfin ! Ca fait combien de temps que t'es dans cette jungle pour pas savoir ça ?
Ca veut dire que Franck il était cool quoi, un vrai mec comme on en fait plus.
Marv' : Ta mère est en ménopause ? Sorry pour elle.
Derek : Putain, tu parles pas comme ça de ma mère, dit-il en sortant son poignard.
Marv' : Sorry man, c'était juste pour rire.
Derek : Ok j'ai compris.
Ohohohohohohohhohoho.
Nan mais franchement, qu'est-ce tu fous ici ? et depuis combien de temps ?

Marv' : Ben je suis venu ici avec mon paternel quand j'avais 15 ans. Il devait y jouer un tournoi de basket pour les Amateurs Professionnels Internationaux Régionaux, une ligue très connue à l'époque. Lui, il jouait pour les Bronx' brothers et il se sont retrouvés en finale, mec.
Derek : Ben c'est cool ça !
Marv' : Ouais mais les niaks ça leur a pas plû que des états-uniens arrivent en finale contre leur équipe. Et ils savaient que leurs bridés allaient se prendre une branlée. Alors ils ont essayé de les payer.
Derek : Combien ?
Marv' : 3 grains de riz par joueur. Les écossais avaient acceptés pour 2 en demi-finale.
Derek : C'est bien les coréens ça, je les emmerde avec leur riz et leurs nouilles de merde !
Marv' : Ouais et donc mon père, qu'était le capitaine, a refusé. Et ces enculés de jaunes l'ont empoisonnés pendant son sommeil…
Derek : C'est décidément un truc de coréen ça. Cyanure ?
Marv' : Laxatif
Derek : …
Marv' : Il est mort dans d'atroces souffrances trois jours après. Les Bronx' brothers n'ont donc pas jouer la finale et sont rentrés chez eux.
Derek : Et toi ?
Marv' : Mon padre avait utilisé mon billet de retour pour se torcher le cul… J'ai donc du rester ici.
J'ai espéré que ma mère ou quelqu'un vienne me chercher. Mais personne n'est jamais venu. Et depuis, je suis ici, et j'essaie de retrouver ces connards qui ont tué mon père.
Derek : Ca fait combien de temps ?
Marv' : 10 ans.
Derek : Et t'en as flingué combien ?
Marv' : Un.
Derek : … (essaie de se retenir de rigoler)
Marv' : Mais mes seules armes sont des bananes hein mec.
Derek : Ok negro, je te propose un truc. Je te file un couteau, tu m'apprends à me battre avec des bananes et on fait équipe pour niquer tous ces jaunes de merde. Ca marche ?
Marv' : Et comment ! En route mon frère, prends une papaye, c'est bon pour les gerçures anales.

----------------------------

[Depaz]


Précédé de Marv', Derek s'enfonce de plus en profondément dans la jungle parmi les paltuviers géants et autres séquoias, autant de lieux d'embuscades possibles pour ces diables de nabots karatékas, mais Marv' connaissant la foret comme sa poche, ils finissent par arriver à destination : une clairière spacieuse et bien éclairée, tapissée de gazon naturel.

Derek : Ben dis donc mon gars... (sifflement admiratif)
Marv' : Ouais comme tu dis, j'ai peut être encore buté qu'un gars en 10 ans sur le terrain mais c'est pas pour ca que je me suis tiré sur la nouille pendant ce temps la ! Admire le boulot !
Derek : Y'a pas à dire, tu t'es fais plaisir. A part la terrasse en Teck y'a tout
Marv' : Tu rigoles ou quoi ? ! Du teck ? C'est pour les pigeons,on voit que t'y connaîs rien...
Rien ne vaut le cèdre qui pousse ici, très rare et très cher. Le must pour l'ameublement.
Derek : Quand on sera de retour au pays, faudra que je te présente à un pote qui tient un magasin de bricolage, j'suis sur qu'il te trouvera une place dans son équipe.
Marv' : Qu'est ce que je donnerais pas pour une aprem' bière-baseball après un bon gros hamburger et des cookies
Derek : Dès qu'on sort de ce merdier je t'emmène voir jouer les Falcons au Norris Stadium, ça c'est du spectacle !
Marv' : Ils valent quoi les Falcons ? Quand je suis venu ici ils étaient 16e de la conférence Est derrière Detroit..
Derek : Ah mon gars on peut dire que t'en a raté des choses dans ton trou pourri. Le record de home run de Jeff Baxter des " White Panthers ", les 130 points de Yvan Perkovlev contre les Lakers, les débuts dans le X de Shana, le sommet de Kyoto sur le réchauffement climatique, la grève dans la NHL, la baston entre les obèses, les culturistes et les naines au "Jerry Springer Show"
Marv': Yvan Perkovlev ? Un grand blond qui a l'air un peu con et de pencher un peu vers la droite quelle que soit sa position ?
Derek: Ouais, avec un nom pareil de toute façon il ne peut y en avoir qu'un...
Au fait, comment tu sais ça toi ?! T'as le satellite et la télé dans ta barraque ?
Je l'savais, il fait le gars qui sait rien mais en fait il a le cable et, à coup sûr, t'as même des chaines payantes que tout mec rêve d'avoir !

Marv': Tu déconnes mec...
Si je connais ce gars c'est parce que j'ai été à l'école avec lui et d'ailleurs a l'époque c'était une vraie brêle au basket. Faut croire qu'il a changé depuis...
Derek: Merde t'as pas la télé, dommage je commençais a me sentir bien dans ta piaule.
Marv': Tu m'excuseras mais y'a ni jacuzi ni chambre d'ami alors tu feras comme moi, tu dormiras par terre et tu te laveras avec l'eau de la citerne ou quand il pleuvra. De toute façon c'est la même eau, je récupère les eaux de pluie pour tout ce qui est sanitaires .Et ca explique aussi pourquoi j'ai pas de piscine
Derek: T'abuses , moi qui comptais bronzer au bord de ta piscine et deguster des cocktail pendant que tu m'executerais des danses du ventre .... (rire gras)
Marv': Des danses du ventre ? Moi ? Mon frère, toi t'es trop resté au soleil, ma parole.... C'est pas toi qui serais un peu ...
Derek: C'est bon, oublie...
Marv': Ok, mec, mais que tu me refasses jamais ça compris ?
Bon je vais te montrer où sont les munitions
Derek: Ca me plait comme programme
Marv': Je te rappelle tout de même que ce ne sont que des bananes.
Derek: Du moment qu'on peut tuer avec, ça me suffit
Marv': On croirait entendre ma mère
Derek: Ta mère parlait comme ça ?!
Marv': Et même bien pire...
Derek: Une bien grande dame assurément
Marv': Tu m'etonnes...

En discutant ils arrivent a la bananeraie privée de Marv', son "hangar à muinitions" comme il aime l'appeller.

La suite au prochain episode  ;)
Repost 0
6 octobre 2007 6 06 /10 /octobre /2007 08:40
[Dyonis]

Derek arrive dans la jungle, il fait quelques pas, se baisse pour prendre une noix de coco tombée d'un bananier quand, au même moment, une balle de revolver communiste le frôle de justesse.
La noix de coco lui a sauvé la vie.
Il la serre contre son cœur, et fait un roulé-boulé vers un buisson pour se mettre à l'abri.
De là il sort ses super jumelles à captation thermique et repère son agresseur, juché au sommet d'un roseau, sur un pied, c'est un chinois du "cirque du soleil" et il le cherche des yeux.
Plus prompt que lui, Derek lui envoie son couteau dans la gorge (ce qui est un exploit vu qu'il se trouve à 200 mètres de son vis-à-vis). Il se relève, vérifie qu'il n'y a personne dans le coin et poursuit sa route … en disant
" Un putain communiste de merde en moins ahaaa ".

Mais quelle n'est pas sa surprise d'entendre une voix lui répondre :
" Vous avoir bien raison Missié "
Et il découvre Dieumerci, caché derrière un arbre…


-------------------------------------------
[Depaz]

Derek:
"Méfions nous, il s'agit peut être d'une ruse...
- " Dis moi, gentil sauvage indigène fort bien bronzé, aurais tu vu passer des militaires aux yeux bridés (pour être sur d'être compris, Derek mime avec conviction un petit chinois portant une mitraillette, ce qui fait bien rire son interlocuteur).
- Toi comprendre ? Est-ce que toi y'en avoir vu militaires jaunes avec machines " pan-pan " passer par ici dans foret à toi "

L'indigène: E
coute mon frère, je sais pas d'où tu sors mais c'est pas parce que je suis pas blanc et que je suis au pied d'un arbre que je suis un singe. Moi, mon gars, je sors de south central, à L.A!!
Ouais, L.A, Los Angeles, la cité des anges, Disneyland, Seaworld, Hollywood, tout ça c'est chez moi mon frère !
Tu connais 2pac ?
Wah le bouffon il connaît pas le grand 2pac !
C'était un pote à moi avant qu'il se fasse descendre, t'entends, je viens des US mon gars. Alors, t'es gentil ton langage des signes tu le gardes pour ta prochaine visite au zoo.
Au fait, mon nom à moi c'est Dieumerci mais tout le monde m'appelle Marv', tu comprends, c'est pas facile de grandir dans un ghetto avec un blase comme le mien alors j'ai changé de nom. Et puis Marv c'est la class'

Derek:
Marv' c'est pas l'abréviation de Marvin, comme dans Marvin Gaye ?
Marv':
Si c'est ça, mec tu captes vachement vite !
Derek:
J'espère que t'es pas PD...
Marv':
PD ?
- Ahhh ok " Marvin Gaye - Marvin Gay - gay - PD", fin, tres fin !
Derek:
Allez, fais pas ta pédale et dis moi ce que tu sais sur ces putains de cocos.

-------------------------------------------
[Dyonis]


Marv':
Je vais te le dire, mec. Mais d'abord dis-moi ton nom.
Derek:
Mon nom ? Mon nom c'est Derek, je viens du Texas, p'tit.
Marv':
Ok man, je vais te dire ce que je sais sur les bridés.
Derek:
Mes oreilles sont grandes ouvertes, frère noir.
Marv':
Tant que c'est pas ton trou du cul...
Je les ai repérés de l'autre côté de la rivière. Ils ont un camp construit dans les arbres et des drapeaux rouges.
Derek:
Je m'en doutais, des communistes… (tin tin tiiinnn...)
Marv':
Des commu…quoi ?
Derek:
C'est des enculés qui pensent pas comme nous.
Marv':
Ok man, je te fais confiance. Ils ont des prisonniers américains. Et même une petite pouliche bien roulée dans laquelle je fourrais bien ma grosse racine.
Derek:
Touche pas à la femme blanche, mon pote. Elle est pour moi. Une fois ces sales jaunes éliminés, je la "consolerais" à la mémoire de mon frère.
Marv':
Ahaaa, faudra me laisser les restes. Qu'est-ce qui est arrivé à ton frère ?
Derek:
Il s'est fait descendre pas des niaks alors qu'il était en mission pour la CIA …

----------------------------
[Depaz]


8 mois plus tot : quartier général de la CIA.

Le Boss :
Dites moi Franck, ça donne quoi sur le front Est avec les pileurs de riz ?
Franck :
C'est plutôt calme Boss, calme oui…, trop calme même, je suis sûr qu'ils nous préparent quelque chose ces enfoirés !
Le Boss :
Allons ne nous emportons pas ! Surtout que du coté de l'Afrique on a aussi pas mal de boulot!
Franck :
L'Afrique je connais pas bien comme pays, de là-bas j'ai juste retenu qu'il fait chaud et que les femmes se balladent souvent les seins à l'air
Le Boss :
Ah ha ha sacré Franckie, toujours le mot pour rire
Franck :
Vous savez, faut garder la forme car " femme qui rit, femme au lit " mwahahahaha
Le Boss :
T'as bien raison.
Franck :
Si vous n'y voyez pas d'inconvénient j'aimerais être envoyé là bas avec quelques gars histoire de voir sur le terrain, ce qu'un ramassis de cols blancs ne peuvent pas voir depuis leur bureau, trop contents qu'ils sont d'avoir le cul vissé sur leur chaise !
Mettez moi sur le coup avec l'indien, le français et le rital, on va faire du bon boulot , je vous le dit.

Le Boss :
Je n'en doute pas Franck, mais ils sont déjà affectés à d'autres missions en Europe et au Moyen-Orient.
Si vous devez y aller vous irez seul, et quand le Pentagone le voudra. Sur place nous avons déjà assez de conseillers militaires et espions pour remplir une dizaine d'amphis, donc on va attendre un peu avant de vous envoyer là bas
.
Franck :
Envoyez moi là bas !
Le Boss :
En mission sous marin ?
Franck :
Pas question! Le sous marin y'a pas plus lent. On ne me la fait pas, j'ai vu " A la poursuite d'octobre rouge " et je sais comment ca se passe…
Dites le si vous n'avez pas confiance en moi

Le Boss :
Franck, pour les missions bourrines y'a pas à tortiller vous êtes le meilleur, mais là ça n'est pas d'actualité, on privilégie désormais la diplomatie.
Franck :
Mouais, façon déguisée de dire qu'on ne fait rien!
Si je suis rentré à la CIA , c'est pour botter des culs de par le monde au nom de l'oncle Sam et défendre nos saintes valeurs et nos institutions

Le Boss :
Quelle institution vous tiens le plus à cœur Franck ?
Franck :
Le superbowl bien sur !
Le Boss :
….
Le Boss :
Et si vous preniez un congé sans solde que vous occuperiez comme bon vous semble ?
En allant par exemple jeter un œil dans ce pays exotique du front Est... (clin d'œil appuyé)

Franck :
Pas con… Merci boss.
Le Boss :
Pour nous mettre dans l'ambiance si tu allais au chinois du coin nous prendre un truc à bouffer.
Franck :
C'est parti.

Franck descend les 137 étages et s'en va chercher un plat à emporter au fast-food asiatique qui fait l'angle de la 115e et de la 32e.

Franck :
Chang, fais nous ce que tu as de mieux, c'est pour le boss de la CIA
Chang :
Je m'appelle Mickael mais si Chang vous plait pourquoi pas… Je prévois pour combien ?
Franck :
Pour 12. On est 4 mais le chef et Jeff' bouffent comme des porcs
Chang :
Je vois. Je vous propose 36 nems avec un panaché de chaque parfum, du thé et autant de petits gateaux, plus le traditionnel porc au caramel
Franck :
Si c'est du chien on le saura alors pas d'entourloupe
Chang :
Cela fait un moment qu'il n'y a plus de chiens dans le quartier voyons…
Franck :
Oui mais il n'y a jamais eu de cochons gambadants dans le coin à ma connaissance.
Chang :
Certes.
Chang :
Ca va être un peu long à préparer alors je vous propose de prendre un bol de pâtes à emporter et d'aller le déguster dans le parc en attendant. C'est la maison qui offre.
Franck :
Voila une idée qu'elle est bonne… Merci Kim. Sont sympa les viets finalement…
Chang :
Je suis d'origine chinoise ! Pas vietnamienne ou coréenne…

Franck s'éloigne en essayant de se servir des baguettes, sans grand succès…

Apres plusieurs dizaines de minutes il savoure enfin sa première bouchée de pâtes (il a opté pour la fourchette en plastique ) lorsque….

Franck:
Arggll…

Retour au present

Derek :
On l'a retrouvé agonisant au milieu des pates répendues sur le sol. C'était un produit coréen. Depuis ce jour là je me suis juré de leur faire la peau et je tiendrais ma promesse !
Marv' :
Triste histoire…
Repost 0

Une Recherche?