Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 23:10

 

Episode 34: "Reflexions" (Depaz)

 




Confortablement allongée sur son lit, Eva, plongée dans ses pensées,  fixe le plafond

Eva: le catch mexicain... Francis est décidément quelqu'un d'imprévisible.
Je ne me doutais pas que la comptabilité le frustrait autant pour qu'il ressente à ce point le besoin de se défouler.
Il avait un petit faible pour le compte 512 mais c'est vrai que je ne l'ai jamais entendu discuter de son travail avec quiconque, à part une fois peut être avec moi pour s'excuser de ne pas pouvoir me consacrer un peu de son temps un soir de bilan comptable en free lance particulièrement ardu pour une société de maçonnerie aux comptes plutôt opaques.

Passer de l'obscurité des salles de comptes du second sous-sol de la SOFRACO au monde tout en excès du catch, il m'étonnera toujours. Comme si, tout à coup, Francis cherchait à passer de l'ombre à la lumière...Lui qui me disait tant aimer le douillet anonymat que lui conférait sa modeste fonction.

Lui qui n'avait jusqu'ici aucun loisir, le voila qui claque presque un mois de salaire pour un costume de scène tout en couleurs « flashies » et éléments moulants. Lui qui a toujours eu un gout si sûr pour les habits - je lui confie même les choix pour ma garde robe - ses choix pour sa tenue m'étonnent vraiment ...même si il faut bien avouer que je suis une vraie fan de son masque.

Je me demande pourquoi il n'a jamais voulu que j’assiste aux essayages
Peut être qu'il a peur de mon jugement sur ce virage brutal dans ses gouts ou qu'il n'accepte pas encore tout à fait ce nouveau Francis. Depuis qu'il a pris un peu de muscle il a perdu un peu de son coté androgyne qui faisait ce charme si particulier mais il a gagné en sex appeal. Il faudra que je lui dise, ça devrait le rassurer.
Ce nouvel amour pour la lucha libre me fait quand même craindre pour sa santé. Il paraît que tout est scénarisé et que c'est en grande partie simulé mais je ne suis pas tout à fait sereine.

 

J'ai fait quelques recherches sur Internet et j'espère qu'il ne va pas se couvrir le corps de tatouages comme ce Rey Mysterio. Francis a bon goût et je ne pense pas qu'il tomberait dans ces exces mais sait on jamais...

S’il copie le « Mexican » de ce mystérieux catcheur, ses origines auvergnates risquent de lui porter préjudice charismatiquement parlant !

Comment a t’il pu changer ainsi du tout au tout ?
Je ne comprends pas…

A moins qu'il n'ai un faible pour cette Rosita.

 

 

 


Stéphane, désormais fixé sur ses sentiments à l’égard de Chloé réfléchi à un moyen d’arriver à la mettre dans son lit.

 

Stéphane : Pas mal de gens jugeraient sûrement que je suis un gros bâtard d’y penser seulement quelques secondes après m’être rendu compte que Chloé m’aimait mais je ne peux  faire autrement. Il faut que je la possède.

Quatre semaines sans sexe ce n’est façon plus tenable. La testostérone me monte à la tête et je n’ai plus d’autres pensées que satisfaire mes pulsions les plus basses.

Toute mon attention était focalisée sur Eva  et je suis passé idiotement à coté une des filles les plus sympas, et jolie que je connaisse. Quel crétin !

 

On dit souvent de moi que je me la raconte trop et j’ai toujours méprisé ceux qui ont osé porter ce jugement sur moi sans vraiment me connaître, mais peut être y’a-t-il du vrai finalement. Je ne suis pas n’importe qui et m’estime bien au dessus de la masse  mais peut être qu’à regarder toujours vers le haut j’ai peut être surestimé ma position relativement aux autres.

Chloé était bien, mais pas assez bien pour moi. Quel con je fais.

Suis-je passé a coté de beaucoup de choses à cause de ce comportement… ?

 

Bon, assez philosophé, revenons à nos moutons si je ne veux pas finir avec un bras hypertrophié et des cales aux mains à force de me tirer sur le poireau !

   

Je pars déjà sur une bonne base puisque je sais que je lui plait et donc le risque du râteau est éliminé. La moitié du chemin est déjà faite. Si j’en crois la sagesse populaire, la faire rire me fera faire le reste du chemin.

Il va falloir que je révise sérieusement  mes blagues…



Repost 0
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 00:16
Episode 33: "BONUS !" (Jyuza )

***************

Une fois n'est pas coutume nous vous proposons une entracte d'un genre particulier puisqu'en exclusivité mondiale voici des extraits du "making of " du sitcom et meme des extraits d'episodes coupés au montage. ha on vous gate...

*************

scène coupée (épisode 16)

(Après une soirée bien arrosée)
Stephane : Eh Francis, tu sais mec... tu sais pourquoi y'a jamais d'aveugle dans la police criminelle ???
Francis: M'appelle pas Francis, appelle-moi Mick (Se grattant l'entre-jambe) Nan, je sais pas pourquoi y'a pas d'aveugles dans la police criminelle.
Stephane: Ben c'est simple, Francis; parce que, imagine que la police...
nan attends, imagine qu'un aveugle est sur les lieux d'un crime et que son équipier lui dit: 'jette un oeil dans l'autre pièce', et ben... y peut pas...
Francis : ... Mec, t'es vraiment con... On se moque pas des aveugles...
Stephane: Mais imagine s'il lui dit de jeter un oeil ???
Imagine si l'aveugle était borgne au départ ???



scène coupée (épisode 17)

Après une soirée MarioKartbien virulente, Stephane profite du moment où Francis est aux toilettes pour parler à Patrick

Stephane : Dis Pat'
Patrick : Ouais mec
Stephane : T'as vu le film "21 grammes" ???
Patrick: Ouaip !
Stephane:
Le film avec Charlotte Gainsbourg, là...
Patrick - Ouais ouais, j'me rappelle surtout de la pauvre fille qui a éclaté en sanglot quand le film fut fini...
Stephane : Ouais, c'est ça... euh...
j'voulais te demander; tu crois que j'pèse plus lourd quand mon sexe est en erection ???
Patrick: (dubitatif) ... euh... je pense pas nan...
Stephane: Ah ok... merci.
Patrick (déboussolé) Mais quel rapport avec "21 grammes" ???
Stephane: Ben je sais pas...



scène coupée (épisode 21)

Vendredi matin, comme tous les matins Patrick sort acheter ses croissants et ses pains au chocolat quand, devant le bar/restaurant "Si tu casses, tu paies", il remarque la voiture emboutie à l'arrière de Francis. Il decide alors d'entrer parler à son ami

Patrick: Salut Francisco, comment va ???
Francis (À moitié endormi) : Aaaah, Pat', ça va tout doux comme tu peux le voir.
Patrick: Ben dis-donc, qu'est-ce qui t'est arrivé au cul ??? C'est pas joli à voir ???
Francis (Surpris) - Ça se voit tant que ça ???
Patrick: Ben oui ! Tu rigoles ou quoi.
Francis : ... (Hésitant)... Ben hier, j'suis allé dans une boîte un peu spéciale et...
Patrick: .....
Francis: J'avais un peu bu et... Bon, j'me suis laissé aller et voilà quoi...
Patrick: ...
Francis : ... Ben maintenant tu sais tout... (Baissant la tête)
Patrick : ... Euh... Je parlais de la voiture...
Francis - ... (Décontenancé...)"


Making of: indiscretions de tournage

Entre deux tournages

Stéphane: Alors Francis, ça se passe les tournages ?
Francis: Mouais ça va on va dire.
S'il te plait,tu pourrais par mon prénom civil en dehors des tournages s'il te plait ?
Stéphane: Bien sûr, qui est ?
Francis - Kevin.
Stéphane - Ok Kevin, moi c'est Franck.
Kevin - Franck ?
Franck - Franck !
Kevin - Franck ??!
Franck: Franck OUI, pourquoi ??
Kevin: Franck, ok.
Nan, c'est juste qu'à une époque j'ai connu un Franck et voilà, quoi...
Franck: Ok. Au fait, j'me disais qu'on pourrait sortir se boire un p'tit truc un de ces quatre, nan ??? Enfin, j'veux dire toi et moi...
Kevin - Mouais pourquoi pas ! J'suis libre ce week-end.
Stephane (euh merde... Franck): Ok ok cool, va pour Samedi alors.
Kevin - Ok, j'appelle mon amie pour lui dire que je sors Samedi alors.
Franck (interpellé) - Ton ami ???
Kevin: Oui, je vis en couple.
Franck: Et ça fait combien de temps que t'es avec lui ?
Kevin - On s'est rencontré à la Fac; elle était en cours avec mon frère ainé.
Franck: (abasourdit) ... Quand tu dis "elle", c'est... (il s'interrompt).
Kevin - Oui, elle s'appelle Leïla. Elle est devenue mon agent aussi.
Franck - Mais... tu n'es pas...
Kevin - Nan nan, j'suis pas homo. Je joue bien la comédie hein ??? J'suis 100% hétéro, mais j'suis pas homophobe; c'est d'ailleurs pourquoi je n'ai pas refusé ce rôle
Franck
(déçu) - Ok... Bon, on se voit pour la prochaine scène, alors... je vais prendre l'air...
Kevin: Ok, à plus ... (air perplexe).


scène coupée (épisode special " humour adulte ",jamais tourné )


MarioKart, quelques boissons alcoolisées et voilà nos amis de bonne humeur:

Stéphane: Dites les gars, vous savez pourquoi les femmes ont deux paires de lèvres ?
Francis: Aucune idée, mec.
Patrick: Pas la moindre idée, mais je sens déjà la merde qui va sortir de ta bouche...
Stéphane (déjà hilare) Ben, y'en a une pour dire des conneries et l'autre pour s'faire pardonner...
Patrick: Mouais... ton humour ne change pas, quoi...
Francis: Moi j'trouve ça marrant !

***************
fin des bonus
***************
Repost 0
2 janvier 2009 5 02 /01 /janvier /2009 23:30

Episode 31: "La douche" (Jyuza) **

 


Francis, ayant convié Patrick et Stéphane à la salle de sport du « dojo » de catch, c’est maintenant l’heure de la douche.

Francis (soufflant) : Ohlàlà, ça fait du bien de transpirer comme ça, hein les gars ??
On est pas bien là, entres mecs ?? Tout dégoulinant de sueur, sentant l’homme à l’état brut ???
Stéphane : (se reniflant les dessous de bras) Mouais, c’est vrai que niveau odeur, on a elevé le standard* à quelque chose de fort, là
Patrick : C’est vrai que ça fait longtemps que j’n’avais pas eu d’activité physique aussi intense...ça fait plaisir…
Stéphane (Un brin curieux) : Allééééééééééééé, arrêêêêêêêêêête !
T’as pas eu d’activité physique avec la jolie… FLORENCE… Hein, avoue…
Francis (Tout en se déshabillant) : Ah ouais, mec, raconte alors ; comment ça se passe vous deux ??? Votre relation est-elle aussi profonde… que je le crois ??
Mouahahahahahahahahahaha
Stéphane (Ayant saisit le jeu de mot) : Ah ouais, profond ouais, c’est bien dit ça.
Patrick (Le sourire aux lèvres) : N’importe quoi les gars. Ayez un peu de respect.
(Enlevant ses boucles d’oreille) Vous savez, Flo est vraiment une femme interessante et… j’ai pas envie de tenter quoi que ce soit si je ne suis pas sûr de m’installer par ici.
Stéphane (Interpelé) : Tu vas me dire que tu n’as rien tenté ??? Même pas une p’tite guélan ??? Deux doight de whysky ??? T’as même pas essayé de lui…
Francis (Lui coupant la parole) : C’est bon mec, on a comprit. Mais sérieux Pat’, il s’est rien passé pour l’instant ??? Curieux quand même…
Patrick (Tout nu): Mouais, disons que… Faire du mal gratuitement, je peux, comme tout le monde d’ailleurs, mais ce n’est pas gratifiant et surtout, ça me ressemble pas.
Stéphane (Scrutant Patrick) : Ouah, bel engin. Le poids a l’air d’être bien réparti, c’est tout bon ça. Francis (En son fort intérieur) : Hhhmmmm, tu nous avais caché un joli sac tésticulaire, pas mal du tout.
Patrick : Ouais, c’est vrai que j’ai pas à me plaindre. Mais bon, la taille, c’est secondaire, enfin, c’est comme on veut…
Stéphane : Ben moi, regardez le mien (retirant la serviette de sa taille): Tadaaaaaa, j’lui ai même donné un nom.
Francis (Un rien taquin) : Ah ouais, c’est quoi son p’tit nom ???
Stéphane : Paris Hilton.
Patrick (Cherchant du regard Francis) : Paris Hilton ??? Mec tu déconnes ??? Pourquoi ce nom ???
Stéphane : C’est très simple. Paris Hilton, quand elle veut sortir faire la fête, elle rentre partout où elle veut, ben moi c’est pareil (Content de sa bêtise).
Francis (Éclatant de rire) : Ce qui faut pas entendre…
Patrick (se tenant les côtes): Ben dis-donc, j’ai déjà entendu « Passe-partout », « La Puissance », mais jamais Paris Hilton.
Stéphane : Faut reveiller la masse* quoi. Bon, allez,à la douche, je dois me dépêcher de rentrer pour appeler Chloé.
Francis : Ouais, à la douche les gars…

** : Challenge "Roi Heenok"



----------------------------------------------------------------------

 

 

 


Episode 32: "Songe d'une nuit d'été" (Depaz)

Francis se reveille en sursaut encore tout retourné par ce qu'il vient de "vivre"

Francis: Quel rêve étrange...
Ce n'est pas la première fois que je rêve de douche collective virile mais c'est bien la première que mes amis sont impliqués dedans. Enfin... sauf une fois. Avec José...
Que venaient ils faire dans mon rêve à comparer leurs attributs devant mon oeil aprobateur et complice ?
Et "Paris Hilton"...(affligé)
N''importe quoi !
Donner un nom de starlette à son sexe, faut vraiment que j'aille pas bien pour rêver de ça.
Par contre, dommage que Patrick n'ai pas developpé un peu sur sa relation avec Florence, ça m'interessait ça par contre, vraiment.
C'est quand même regrettable qu'on ai pas un contrôle plus important sur ses rêves. Quoique.
Vaut peut etre mieux que ça soit comme ça, sinon certaines douches comunes auraient pu mal finir!
Oula, je m'égare...
Ca doit être a cause de toutes ces douleurs que j'ai depuis la dernière séance de catch. Rosita n'y est vraiment pas allé de main morte!! Elle m'a littéralement démembré...
Mais c'est pour mon bien alors...
Francis (sortant de son abattement ): Elle dit que mes progrès sont fulgurants et que j'ai déjà un niveau plus que raisonable pour un débutant, je crois que je viens de trouver ma voie. Une discipline pour laquelle je suis doué et où on me respecte, où tous mes doutes s'evanouissent, où je suis quelqu'un d'autre.
Ca me change de la compta de la SOFRACO (soupir)

La bas je ne suis qu'un de ces petits employés sans considération comme cette boîte en a par centaines, et la comptabilité y'a pas moins excitant même lors des bilans de fin d'année ou lors du passage à la compta anglosaxone ou l'adoption de SAP. Pas de quoi se vanter ou briller en société. j'imagine le truc:
"Et vous, Francis, vous faîtes quoi pour gagner votre vie ?
- Je suis au service compta de la SOFRACO, leader mondial pour les étagères en agloméré et les rangements de bureau en carton."

Ca fait rever....
Monde de merde.
Le catch est désormais ma seule veritable raison de croire en la possibilité pour moi d'une vie meilleure que celle que je mene actuellement.
Francis (abassourdi): Si on m'avait dit d'un jour je sortirais cette énormité...
Le bonheur vient en catchant, impensable, tout bonnement impensable jusqu'a il y a peu
C'est sacrément la loose d'avouer qu'on fait du catch pour ses loisirs, mais ca peut pas être pire que profession comptable. Et puis au moins je me suis repris en main. Je fais un sport! Et pas n'importe lequel: du CATCH MEXICAIN! Pas un de ces sports banals comme le foot ou le judo, un vrai sport viril.
Et utile dans la vie de tous les jours comme me l'a si bien montré la punition infligée par Rosita à ce bandit le premier jour où je suis passé près de la salle. Je ne pense pas encore avoir le niveau pour rouster quelque de cette façon mais j'ai déja de bonnes bases. Ca me ferait bizarre d'exercer mes talents en dehors du ring mais le beton remplacera avantageusement le matelas lors du "marteau-pilon" si j'ai a en faire usage. Bien sûr le costume me manquera, mais bon je ferais avec. Ca me donnerait l'occasion de voir si Francis, le vrai, vaut "El volcano" et j'aimerais bien voir ce que donne en conditions reelles ce coup interdit en compet' que Rosita m'a enseigné.

Francis
(elevant la voix ): Approchez malandrins que je vous montre qui je suis !!
(calmé) Bon je crois que je vais aller me chercher un jus d'orange au réfrigérateur, ça va me raffraichir et peut êter faire dire moins de betises. Qu'est ce que je peux avoir mal aux lombaires !
Francis (arrivé au frigo) : Voyons voir où tu te caches petite boisson fruitée...ah te voila ! Tu sais que tu vas faire plaisiir a tonton Francis toi ? einh... coquine va, tu te cachais derrieres les yahourts 0%. Mais je t'ai trouvééééé...
Zut, fermée.
Francis (force): Putain de bouchon de... Tu le prends comme ça?! Tu vas voir ce que j'en fait moi des bouchons recalcitrants ! Attend tu vas faire moins le malin apres une petite "torsion du python". c'est peut etre interdit en match officiel mais rien ne contre indique son application sur une brique de jus d'orange alors tu va deguster
PRENDS CA DANS TA GUEULE !!!!
(la brique explose et repend son contenu un peu partout dans la pièce )

Francis:
Et voila.Je t'avais dit de pas le prendre de haut ! par contre maintenant il faut que je nettoies tout ça et que je passe la piece.
Ca va vraiment pas bien là, vraiment pas...
Bon je crois que finalement je vais regagner mon lit, j'y étais pas si mal après tout....

Francis regagne sa chambre l'esprit encore embrouillé par le sommeil et se promet d'aller consulter dés le lendemain et de verifier ce que contiennent vraiment les compléments alimentaires slovenes que lui prescrit Rosita dans le cadre de son programme de developpement physique.
Repost 0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 15:00
Episode 30: "Stratagème" (Depaz)

Christophe, de retour chez lui, prend une douche puis s'étend sur son lit et fixe mollement le plafond, position idéale pour penser puis trouver le sommeil
.

Christophe: José, mon p'tit José...Je te promets que tu vas en baver..
Tu peux le chercher longtemps le fameux traître qui a éventé ton "secret", Ah ah ah ah ha... (rire démoniaque)
Sylvie est à moi, à moi ! Ce que je veux, je l'ai et Sylvie ne fera pas exception...
Qu'il va être bon de vous voir vous déchirer.
Flo '? Trop intello. Chloé ? Trop compliquée.
Avec Sylvie je crois que j'ai trouvé ce qu'il me faut : une tête vide sur un corps de rêve. Plus de prise de tête stérile, plus de débats interminables et surtout, plus de contradicteur.Le bonheur.
Etre adulé ( ce qu'elle fait pour José elle le fera pour moi, j'ai vraiment rien à lui envier à ce gars, à part Sylvie...) sans aucune contrainte particulière en retour, si ce n'est supporter son flot de parole quasi intarrissable, mais bon ses sujets de discussions sont simples et abordables par le premier crétin venu et ça, j'aime.
Une sublime poupée décérébrée toute dévouée et aux yeux de qui je passerais pour une lumière, que demander de plus ?

Ces vacances à Majorque sont un vrai don du ciel pour moi, j'espère que vous en avez bien profité car c'est ce qui va désormais causer votre perte. Vous vous rappelez d'Eric, normal y'en a pas deux qui ressemblent autant à Francis Lalanne... Mais vous avez oublié quelqu'un...
Les ravages de l'alcool... qu'ils sont tristes à constater mais qu'est ce qu'ils peuvent se révéler utile lorsqu'on sait convenablement les exploiter ! Quel beau couple vous faîtes... enfin,devrais je dire vous faisiez (petit rire cruel).

Doute, suspicions que ces mots sonnent doux à l'oreille de celui qui complote !
Chloé n'est à n'en pas douter une très jolie fille et un très bon parti mais qu'est ce qu'elle peut être pénible à toujours douter de tout et tout le monde, ce besoin constant d'être rassuré était d'une lourdeur à force ! Par contre la lacher pour Florence n'est sûrement pas la meilleure idée que j'ai eu. Ce fut comme abandonner le rhume pour la peste. Qu'est ce qu'elle pouvait être gonflante, au moins aec le QI de Sylvie je n'auais sûrement pas ce problème. Si aujourd'hui Florence apparait comme la pire des cruches, c'est suie à un évenement qui m'est inconnu car à l'époque elle était plus proche d'Einstein que de la 'quiche' qu'elle est actuellement. D'ailleurs si Sylvie me resiste trop, un petit retour vers Florence peut être une bon calcul, vu son état actuel...
Et dire que Chloé en veutencore à Flo. Si elle savait ce qui c'est vraiment passé entre nous, rien donc, elle changerait vite d'avis.
il faudra que je pousse un peu mes recherches sur ce Patrick, ça se passe un peu trop bien pour lui avec Flo'.
Mai restons dns l'ombre, c'est de loin la meilleure place pour mes basses oeuvres
Mwahahahahaha !

Pendant ce temps là; à la salle de sport de l'avenue Remberg

Anthony: J'ai cru comprendre que tu as utilisé des techniques interdites pendant mon absence...
Rosita: Oui j'avoue, mais c'était trop tentant. Il fallait que je teste leur efficacité! Et puis il n'y avait aucun juge pour contester la légalité des prises alors je me suis fait plaisir et ai tout enchainé.
Anthony: Bilan ?
Rosita: C'est Diablement efficace, les articulations cedent comme un rien. Bon, bien sur là le pauvre type n'avait aucune formation au catch mais je pense que c'est assez représentatif des dégats que ça peu faire. Malheuresement c'est interdit en compet'. il va falloir que je m'y fasse.
Anthony: Désormais, la tentation va être forte pour toi de caser une de ces combinaisons, c'est pour ça que je ne voulaiz pas que Yume t'enseigne ce qu'il sait, même si son enseigement t'a été bénéfique sur certains points et notamment le travail au sol, (d'un air gourmand) comme j'ai pu en faire l'expérience récemment...
Rosita: En tout cas on ne devrait plus revoir ce malfrat du dimanche avant un bon moment et le message devrait passer de façon assez rapide et claire
Anthony: Parle moi de notre nouveau client, ce "francis"
Rosita: Pour l'instant il n'y a pas grand chose à dire. Au niveau de la technique il apprend vite mais il manque de feeling. Par contre il a l'air fasciné par les costumes...
Anthony: Il a du potentiel ?
Rosita: Assurément! Je suis sûre que je peux en faire un très bon poids léger. Bien sûr ce n'est pas la catégorie reine mais bon c'est son gabarit.
je sens qu'il a besoin de victoires pour se remettre en confiance dans sa vie extra sportive, on dirait que le catch est pour lui un exhutoire, c'est pour ça qu'il y met autant de coeur et de rage.
Il est beau à voir évoluer et je lui est trouvé un nom de guerre qui correspond bien a cette fougue et cette explosivité qu'il a sur le ring.
Anthony: Qu'est ce que c'est ?
Rosita: El volcano
Anthony: Voila qui est interessant...
Rosita: Une fois qu'il aura acquis ce petit quelque chose d'instinct qui lui manque, il pourra faire de grandes choses, sois en sûr
Anthony: Je te fais confiance. Et pour le costume ?
Rosita: Viens voir, j'en suis assez fier (elle lui montre son "oeuvre")
Anthony: Au niveau des couleurs ça arrache !!
Rosita: La je n'y suis pour rien, c'est lui qui a choisi les coloris et les motifs
Anthony: Eh ben.. c'est pas courant comme goûts...
Rosita: Je ne te le fais pas dire. J'ai d'ailleurs eu du mal a trouver certains tissus.
Anthony: Il l'a déjà mis?
Rosita: Bien sûr, je lui ai fait essayer et il l'adore. il m'a dit que pour lui c'était comme une seconde peau.
Anthony: Ah oui, quand même...




Epidodes 20 à 30


Stéphane essaye d'oublier sa déconvenue avec Eva en se noyant dans l'alcool avant de se rendre à la soirée de Flo.
Après une petite retraite pour réfléchir, Stéphane fini par se rendre compte que Chloé est celle qu'il lui faut.

Apparition de Christophe, personnage relativeemnt discret jusqu'ici, qui se voit gratifier d'un portrait peu élogieux qui ne laisse pas présager de bonnes choses.

Flo essaye d'approcher plus ou moins discrètement Patrick, qui, pour l'instant, se montre plutôt peu receptif, noyé qu'il est dans ses pensées et sa tentative de remettre le couple Chloé-Stéphane sur les rails. Patrick finira finalement par céder après avoir mis à jour qui est vraiment Florence.

Réapparition d'Anthony et Rosita, cette dernière initiant Francis aux joies du catch à la mexicaine. Francis en resortira motivé et prêt a en découdre mais le souvenir d'Eva finira par le rattraper et le conduit à se remémorer leur rencontre.

Repost 0
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 22:10
Episode 28: "Mise au point" (Depaz)**

José : Ca va Sylvie arrête de mentir, me raconte pas de la barbe à papa* s'il te plait !
Sylvie : Mais…
José : Tu ne peux pas te retenir de parler ! Ca ne peut venir que de toi !
Sylvie : Mais quoi donc…
José : Ne fais pas l'innocente, tu sais très bien de quoi je veux parler !
Sylvie : Non, pas du tout…
José : Tu ne peux donc jamais garder quelque chose pour toi ? Ton comportement me fait halluciner, t'entends... J'ha-llu-cine, ce genre de chose ne mène à rien Sylvie, si ce n'est à souiller le couple* !
Sylvie : Si tu pouvais arrêter d'être évasif et préciser un peu ce dont tu parles ça serait bien pratique, j'y comprends rien…
José : Mademoiselle fait son innocente en plus, " je ne vois pas de quoi tu parles ", t'oses me sortir CA !
Tu devrais avoir honte !
Sylvie : Je ne peux pas te dire que je sais de quoi tu parles si ce n'est pas le cas !
José : Et tu persiste, tu continues à nier en plus…
Sylvie : Tant que je n'aurais pas la moindre idée de ce dont tu m'accuses
José : Majorque, il y a 2 ans ça te dit quelque chose ?
Sylvie : Oui, bien sur, comment oublier, c'est là où tu as…
José : Justement ! Comment se fait il que Chloé soit au courant ?! Einh ? Tu peux m'expliquer ?!
Sylvie : Sur ce coup là, c'est pas moi, je te jure, j'aurais jamais osé parler de " ça " même a ma meilleure amie, promis !
José : tu sais quoi… Je ne te crois pas, je ne te crois plus !
Sylvie : Mon p'tit noun..
José : Ne m'appelle pas comme ça ! Tu ne devrais même plus m'adresser la parole après ce que tu viens de me faire
Passe encore que tu vante mes qualités d'athlète, mon endurance et le fait que j'assure un max dans ce que j'entreprends, voire à la limite que tu révèles quelques uns de mes petits travers (mon amour pour la tapenade d'olives et les chips au vinaigre…) mais si il y avait bien une chose à ne pas faire c'était parler de CA
Sylvie : José… voyons…
José : Au retour de la soirée donnée par Flo' ,pendant que tu dormais à l'arrière de la voiture, j'ai discuté avec Christophe et c'est lui qui m'a rapporté la chose en me disant qu'il le tenait de la bouche de Chloé. Comment tu expliques ça ? Allez fais moi rire…
Sylvie : Seul quelqu'un qui te veux du mal peut dévoiler cet épisode douloureux de ton passé, et si il y a bien quelqu'un qui veut tout sauf te faire du tort, c'est bien moi
José : tu marques un point.
Bon, admettons que tu ai raison… dans ce cas là, si ça ne viens pas d'une de tes innombrables discussions débridées avec tes amies, ça ne goûte vraiment pas bon ! Quelqu'un s'amuse à dévoiler des choses que je ne croyais connues que de nous deux et je n'ai pas la moindre idée de qui a bien pu en avoir connaissance
Sylvie : Qui était avec nous en vacances cette année la ?
José : Ben justement je n'arrive pas a m'en souvenir, il y a flou sur ces vacances en dehors de CA qui ressort bien clairement… mais avant et après, aucune idée… je me rappelle tout juste que c'était à Majorque et avec toi et…. Et… comment il s'appelait le grand qui ressemblait a Francis Lalanne ?
Sylvie : Eric
José : ah oui c'est ça, Eric…
Sylvie : Sympa, très sympa même, mais un peu étrange
José : Peut être bien. Tu sais, en dehors de ce regrettable incident c'est le trou noir concernant ces vacances. C'est pitoyable mais je n'ai que 2 souvenirs : Francis Lalanne et "ce dont il faut pas parler". Pas très reluisant comme bilan. Heureusement qu'il y a les photos.
Sylvie : Tu t'en rappelle peut être pas mais c'était un super moment, toi et moi sur la plage (rêveuse)
José : Ca ne me dit rien du tout.
Sylvie : Peu importe, il faut trouver qui a dit ça…
José : désormais au moins quatre personnes sont au courant en dehors de nous deux.
Christophe, Chloé, l'infâme pourceau qui a révélé la chose et probablement ce eric. Qu'est-ce que je ne donnerais pas pour tenir la personne qui a divulgué cet " incident " regrettable.
Ah!, il se souviendrait que l'on ne ridiculise pas José impunément! Y'a des calottes dans la bouche qui se perdent* !
Sylvie: Un peu de musique devrait te détendre
José: oui. Tu as quoi de bien comme nouveauté ? il me faut un truc calme
Sylvie: Tu hip-hop instrumental ça te va ?
José: Du hip-hop instrumental ? C'est quoi ça ? Du rap sans parole ?
Sylvie: Pas du tout. Je crois que le mieux, pour te faire une idée de ce que c'est vraiment, c'est d'écouter, on vient juste d'en recevoir au magasin. Moi j'aime bien en tout cas. Je pense que c'est ce qu'il te faut pour retrouver un peu de sérénité et réfléchir.

Sylvie met un des nombreux CD qu'elle a ramené et une douce musique rythmée rempli peu à peu la pièce.

Le lendemain, à l'autre bout de la ville, une jeune fille tente de mettre de l'ordre dans son esprit

Chloé: Stéphane n'a toujours pas refait surface, cela va faire bientot 76h qu'il n'a pas donné signe de vie.
Serait il vraiment parti en voyage comme il l'a laissé entendre ?

J'en doute. Il aurait au moins averti quelqu'un de sa destination ou de sa date de retour, ça cache quelque chose. Peut être cherche t'il à m'éviter ?
C'est ça ! Il doit passer du bon temps avec une autre et a inventé cette histoire pour que je ne le dérange pas pendant qu'il batifole avec je ne sais qui... (des larmes coulent le long de ses joues)
Que j'ai été stupide...
J'aurais du voir qu'il ne s'intéressaissait que très peu à moi, je me suis menti pendant tout ce temps... Ce n'est pas faute de lui avoir envoyé des signaux ! A part porter une enseigne lumineuse, je ne vois pas comment j'aurais pu faire plus voyant. Je suis allé jusqu'a l'inviter à choisir ma lingerie. Et il n'a rien vu.
Ou .. Il l'a bien vu mais il l'a ignoré, n'étant qu'une simple amie difficile à se décider et qu'il faut bien aider un peu.
Eva. Il doit être avec elle.
C'est vrai que je peux difficilement rivaliser avec elle. Mis a part un cerveau elle a tout pour elle, je dois faire pâle figure par rapport à cette fille. Elle peut tous les avoir et ce pauvre Francis doit avoir, vu les cornes qu'elle lui fourni surement, du mal à franchir les encadrements de portes. Stéphane a craqué c'est sûr !
Quelle idiote j'ai été...

Effondrée, Chloé se lève tant bien que mal du banc où elle se trouvait pour aller s'assoir au pied d'un arbre et tenter de se calmer en regardant les eaux calmes du lac.


** : challenge "Roi Heenok"
challenge consistant a placer des citations de ce rappeur quebecois au parler si "particulier "
les * sont là pour vou indiquerces faleux inserts

----------------------------------------------------------------------



Episode 29: "Génèse" (Depaz)

Francis ressort tout ragaillardi de sa séance de catch, discipline pour laquelle il aurait des prédispositions si on en croit Rosita, et cela malgré son gabarit poids plume.

Francis : Ca m'a fait un bien fou ce petit moment de sport, je suis courbaturé et j'ai les reins un peu douloureux, mais je suis ravi. J'ai enfin trouvé l'activité qui me permet de me vider la tête et de ne plus penser à rien pendant 2 heures. Un " blanc " salvateur après ma journée de boulot et mes angoisses et mes doutes sur qui je suis vraiment. Au gymnase je suis Francisco " el volcano" ! J'aime bien ce nom de guerre, ça me change de mon patronyme banal. Une fois revêtus mes habits de lumière je suis vraiment quelqu'un, je suis réellement unique.
Le Francis fade, à la limite de la transparence, laisse la place a cet être flamboyant qu'est Francisco. Fini le personnage terne et torturé, place a cet homme qu'on ne pourra ignorer tellement la couleur de son costume, mon nouveau corps le temps d'un instant, sera éclatante.
Pour l'instant le costume n'est pas encore fait mais bon, j'ai donné mes goûts et préférences à Rosita et vu ce quelle a fait pour celui de Yume, le résultat va poutrer grave !
"Poutrer"? Tiens... comment ce mot m'est il venu à l'esprit...?
Les transformations iraient jusqu'à modifier mon vocabulaire et mon registre de langage ? Il faudra que je demande à Anthony... à moins que je ne retrouve une seconde jeunesse plus "débridée"
Mwahahahaha, décidément j'adore ce sport!
je ne pense même plus Eva.... mon eva....EVAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!
Mais qu'ai je donc fait pour mériter de tels tourments ? Pourquoi moi !?
Tout avait pourtant si bien commencé...

# Flashback #

Francis: Tu en pense quoi de ce petit haut fushia ?
Eva: Oh tu sais moi ces couleurs vives.. et puis ca n'irait pas avec ce que j'ai
Francis: Mais je parlais pas pour toi... tu crois que ca m'irait bien ?
Eva: Pour toi ? Mais voyons, nous sommes dans un magasin "divine"...
Francis: Euh oui..qu'est ce que j'ai dit? Oh que je suis distrait, je voulais dire "tu crois que ça LUI irait bien" ? .
Eva: A qui ?
Francis: A Sylvie bien sûr, c'est bientôt son anniversaire !
Eva: C'est dans 4 mois !
Francis: il faut toujours s'y prendre à l'avance sinon après, avec les soldes, c'est la ruée et il reste plus rien.
Eva: Certes mais la tu t'y prends quand même un peu tôt ...
Francis: On est jamais trop prévoyant, imagine qu'après il n'y ai plus ma ta... sa taille, on fait comment ?!
Eva: Pour le fushia je suis plutôt reservée, que ça soit pour elle ou (petit rire) pour toi
Francis (intérieurement) : A noter, ne jamais faire les courses dans un magasin de vêtement avec une fille... Mais c'est bon, elle semble l'avoir bien pris, une marque d'originalité ou d'excentricité peut être.
Eva: Tu as l'air songeur Francis... quelque chose ne va pas ?
Francis: Non, bien au contraire, j'étais juste quelque peu perdu dans mes rêveries...
Eva: et tu revais de ?
Francis (cette fois ci au seconde degré) : de talons hauts et de petits escarpins, comme ceux qu'on a vu à "ondine"
Eva éclate de rire
Francis: il y a peu de chance qu'ils en ai en 42 de toute façon..
Eva: Tu es vraiment un garçon spécial, ça ne fait pas de doute...
Francis: C'est un compliment ?
Eva: Bien sûr !
Eva: Tu es si différent de tous ces garçons prétentieux qui espèrent s'attirer mes faveurs en jouant des muscles et en étant arrogant ou obséquieux à l'extrême. Ah si il pouvait y avoir plus de gens comme toi...
Francis: Ahhh oui , en effet si nous étions plus nombreux...
Eva: Tu as je ne sais quoi de plus que les autres.
Francis: De plus ?
Eva: Oui. Mais je ne saurais pas définir quoi, un peu comme si tu arivais à me comprendre comme seule ma meilleure amie pourrait le faire.
Francis: Une fille ?
Eva: Le prend surtout pas mal, c'est juste un resentit, pas une affirmation ou un jugement
Francis: Ne t'inquiete pas, je le prends pour ce que c'est, un compliment.
(intérieurement) étrange, ce n'est pas la première fois qu'on me fait cette remarque...
Eva: Bref, oublions ça, tu es quelqu'un que j'apprécie énormément et avec qui je me sens bien et en toute confiance, j'ai l'impression qu'on peut tout se dire, ça ne m'avait jamais fait ça avec un homme...
Dis moi, tu es toujours amoureux de Sylvie ?
Francis: Non, nous sommes juste restés bons amis et j'apprécie beaucoup son nouveau copain. Je pense qu'ils forment un beau couple et je suis content pour elle, mais ca ne va pas plus loin.
Sylvie c'est du passé, maintenant j'esaye de reconstruire ma vie sur les ruines qu'elle a laissé.
Eva: Des ruines? Ah tout de même...
Francis: Ca m'a fait très mal mais je l'accepte.
Eva: Et tu as trouvé une "remplaçante" ?
Francis: Non. Et je n'en cherche pas pour l'instant
Eva: Tu ne cherches pas, mais si elle... comment dire... venait à toi ?
Francis: Qui voudrait de moi ? Toi?
Eva: Par exemple...


Repost 0
26 septembre 2008 5 26 /09 /septembre /2008 22:07
Episode 26: "Amour, sueur et clé de bras" (Depaz)


L'action se déroule le jour de la petite fête donnée par Flo' dans la matinée


Rosita : Le petit passage de Yume m'a motivé à bloc. Je vais mettre les bouchées doubles pour briller au prochain rendez-vous inter catcheuses, je vais les tordre !
Mon frère m'a montré 2-3 choses qui devraient faire des ravages si j'arrive à les intégrer proprement à mon propre style !
Anthony : Son passage m'aura valu une bonne grosse honte et coûté un sacré nombre de paquets de céréales mais si il t'a motivé et t'as permis d'élargir ta gamme de coups c'est finalement une bonne chose.
Rosita : Oh pour ce petit différend avec mon frère, t'inquiète pas, c'est déjà oublié !
Anthony : Sûr ? Tu ne m'en veux pas ?
Rosita : Maintenant que tu me le dis... je t'en veux peut être encore un peu.
Anthony : Snif
Rosita : Mais il existe un moyen de te faire pardonner.
Anthony : Lequel ?
Rosita : (voix sensuelle pleine de promesses) Que tu me fasses réviser les " prises au sol " et le combat au " corps a corps " si tu vois ce que je veux dire…
Anthony (Ayant saisi l'allusion) : Gourmande…

Anthony se jette sur Rosita qui, sans trop de difficultés, évite son projectile d'ami et le ceinture pour ensuite mieux le plaquer rudement au sol

Anthony : Ouch ! eh bien tu commences fort ma douce, comme préliminaires c'est assez violent.
Rosita : Je me suis adaptée à ton entrée en matière mon cœur, mais tu vas vite te rendre compte que je peux me montrer bien plus douce quand je veux.
Anthony : Heureux de l'entendre, mais fais vite alors car là je crois que tu m'as déboîté l'omoplate
Rosita : Oh mon chou, je suis vraiment désolée, attends, je vais arranger ça de suite (crac !) et voila !
Anthony : Merci, là déjà ça va bien mieux, mais ça ira encore mieux quand tu auras mis fin à ma clé de bras car je risque de me démettre le coude, mon amour.
Rosita (Elle relâche la pression et se penche délicatement sur Anthony) : Encore désolée… les réflexes…
Anthony : je comprends parfaitement. Ca fait plaisir de voir que tu n'as rien perdu de ta tonicité en tout cas !
Rosita : Tu es gentil.
Anthony : Maintenant c'est à moi d'exiger de toi que tu te fasses pardonner! Mais les prises sont imposées cette fois ci, pas de lutte libre ; pour éviter le retour des automatismes.
Rosita : Ca me convient !
Anthony : Tu te rappelles de la variante espagnole de " la prise de hippocampe "
Rosita : Bien sûr, celle où je dois ….. puis …. pour que tu puisses…, je la connais par cœur tu penses bien…

Elle s'exécute puis ils enchaînent les prises complexes [la couleuvre lascive, la mante fougueuse, la poutre enflammée, le 847, le 4 quarts, l'étau de fer, le NH-90… ] jusqu'à baigner dans la sueur et être totalement épuisés mais heureux
Anthony, totalement défait mais nageant dans le bonheur (et la transpiration) s'en va rejoindre la salle de bain, tandis que Rosita, après s'être , tant bien que mal, redonnée une apparence présentabe et ne trahissant pas ce qu'elle vient de faire, se rend à l'entrée de la salle de sport, où la sonnette vient de retentir, annonçant probablement un client ou un futur client. <


Rosita: Que puis-je pour vous monsieur ?
l'homme: voila je souhaiterais avoir des renseignements divers, le manager n'est pas là ?
Rosita: Il n'est pas là pour le moment.
L'homme: C'est que j'aimerais lui parler, vous savez quand il reviendra ?
Rosita: Anthony ne sera pas là avant 2 jours je pense (intérieurement: il lui faudra au moins ça pour récuperer, on y est allé fort, mais que c'était bon...)
L'homme: Pas avant 2 jours vous dites...
Rosita: Voila, exactement, mais vous pouvez me poser toutes vos questions, je suis la co-gérante de ce club.
L'homme: Effectivement j'ai une question (il se penche par dessus le comptoir comme pour parler d'un secret à Rosita, qui se penche également pour savoir ce que vas bien pouvoir lui demander d'étrange ce potentiel client pour adopter une telle attitude ).
Rosita: Je vous écoute
L'homme (hurlant) : FILE MOI LA CAISSE OU JE T'EXPLOSE T'AS COMPRIS ! ABOULE L'OSEIL ET JOUES PAS A L'HEROINE AVEC MOI JE SUIS UN NERVEUX.
Rosita: Oh une tentative de braquage, comme c'est intéressant...
L'homme: ENVOIS LE POGNON ET BOUCLE LA! JE SUIS PAS D'HUMEUR ! ET T'AVISES PAS D APPELLER LES FLICS CAR JE SAIS OU TE TROUVER ET LA TU VA DEGUSTER.
Rosita: Anthony n'aime pas trop que je m'en serve hors du ring mais là...
L'homme: Quoi?
Rosita: Ca.

Après avoir soigneusement appliqué un vigoureux coup de tête à l'infortuné braqueur, Rosita le tire par dessus le comptoir pour le faire atterir généreusement sur son genou. S'en suit un enchainement de combinaisons efficaces et douloureuses (dont la plupart sont interdites en match officiel par la fédération ) qui font rapidement leurs preuves et permettent à Rosita de tester, en conditions reéelles, les techniques transmises par Yume. .

Rosita: Diablement efficace la "clé de fonte", je ne pensais pas que l'épaule et le coude cassaient aussi vite, dommage que ça soit prohibé par les réglements.
J'ai épargné tes centre vitaux pour que tu puisse colporter la nouvelle, le club de sport de l'avenue Remberg n'est pas de ceux qui se laissent faire, et dis le bien autour de toi et à toutes les raclures que ça démangerait
L'homme: Ghhh ?
Rosita: Bon, c'est pas tout ça mais les poubelles, faut les sortir quand elles sont pleines alors on y va!
l'homme: hmmmm ? Où ca ?
Rosita: Tu verras bien, on n'y est pas encore, mais ça va devenir vrai dans quelques instants !

Rosita saisit l'homme par le col, je soulève,lui case un dernier coup de coude "pour la route", ouvre bien grande la porte de derrière et le jette à travers la rue, d'un magnifique "tourbillon de feu". L'homme fini sa course au milieu des sacs eventrés, non sans avoir rebondi sur un passant


3 jours plus tard: Nouveau rendez-vous entre Patrick et Florence, encore une fois à l'initiative de cette dernière


Florence : Vous saviez que c'était mon restaurant préféré avant de m'inviter ici ?
Patrick : Je pourrais prétendre l'avoir choisi un peu au hasard mais c'est faux, je me suis renseigné auprés d'une de vos amies.
Florence : Je vois. Etre franc est appréciable mais casse parfois un peu le charme...
Patrick : Toutes mes excuses, je n'ai plus trop l'habitude de ce gere de finesses, là d'où je reviens c'est bien la dernière des préoccupations.
Florence : Justement, d'où revenez vous ?
Patrick : Ne le prenez pas mal, mais je préfère ne pas m'étendre sur mon passé.
Florence : je comprends tout à fait et je respecte.
Patrick : Je préfère, et de loin, vous écouter.
Florence : Moyen commode de vous échapper et de penser à autre chose...
Patrick : Quoi ? Je m'intéresse a vos dires, il doit y avoir erreur...
Florence : Je ne sais peut être pas d'où vous venez exactement, mais vous y avez perdu l'habitude de mentir convenablement.
Patrick : Je suis désolé, je vous trouve très sympathique et jolie mais j'ai beaucoup de mal à accorder de l'intéret à ce que vous dites. Ne le prenez pas mal, ce n'est pas lié à vous, c'est général. Tout me parait si creux, superficiel...
Florence: Et je suis la superficialité incarnée...
Patrick : Exactement.
Florence : Etre trop franc peut vous jouer des tours, attention...
Patrick : La sincerité ne paie donc pas très bien on dirait
Florence : Il faudra vous y faire si vous voulez survivre ici
Patrick : La survie, c'est mon domaine, ne vous en faites pas pour moi.
Florence : Si je vous ennui si profondément pourquoi acceptez vous mes invitations et m'en proposez de nouvelles ? Par charité ? A moins que, comme beaucoup d'autres, ce soit pour me mettre dans votre lit ??
Finalement, vous n'êtes pas différent des autres !
Je vous vois mal fréquenter les filles de joie ou vous attacher à une femme, la brave Florence sera votre "cadeau de retour" c'est ça !!???
Tous les mêmes... vous avez beau avoir travaillé votre extérieur, vous êtes aussi pathétique que les autres... je vous plaindrais presque si ce ne n'était pas perdre mon temps.
Patrick : Florence... vous vous méprenez me concernant.
Et pour ce qui est de travailler son apparence pour cacher qui on est vraiment, je crois que je n'aurais pas grand chose à vous apprendre, n'est-ce pas... ?
Florence : Je serais curieuse de voir ce que vous croyez savoir de moi et de cette personnalité que je dissimulerais.
Patrick : Normalement, cette discussion aurait dû prendre fin, avec cris et jet de verre, dès que j'ai reconnu ne vous prêter aucune attention et cela depuis longtemps car vous êtiez sans le moindre intéret.
Or, vous êtes encore ici et je ne crois pas que ce soit par masochisme.
Florence: Et ?
Patrick : Contrairement au personnage que vous jouez, vous êtes difficile à cerner. La Florence de façade est une charmante jeune femme, lisse, fade et desespérément creuse, aisément cernable donc si l'on ne s'attache qu'à l'enveloppe.
Si j'accepte vos rendez-vous depuis le début et que j'en fixe d'autres, c'était pour savoir si mon avis vous concernant est le bon et il semblerait que je ne me sois pas trompé.
Florence : Tiens donc...
Patrick : Oui.
Florence : Et qui suis-je réellement derrière cette couche de bétise que je me plairais à maintenir comme protection
Patrick : Je n'ai jamais parlé de protection jusqu'à présent, c'est intéressant que vous y fassiez référence de vous même. Nos petits rendez-vous, peu nombreux j'en conviens, m'amènent à penser que vous vous êtes conçu comme une carapace avec cette Florence superficielle et au manque de personnalité flagrant. Un leurre beau et creux.
Florence : Et, bien sûr, vous ne vous êtes pas fait avoir par ce "leurre" et vous allez me révéler qui je suis vraiment...
Patrick : Pas exactement
Florence : Et à supposer que ce que vous avancez soit vrai, à quoi l'auriez vous vu ?
Patrick : J'étais comme vous.
Florence : ?
Patrick : je me suis reconnu en vous dès que je vous ai vu. Vous avez choisi la superficialité mais, même si je n'ai pas opté pour la même parade, j'ai de suite senti que, tout comme moi il y a de cela quelques temps, vous n'étiez pas telle que vous vous affichiez aux yeux de tous.
Florence : Et que croyez vous savoir de cette fameuse "vraie Florence" monsieur le psychologue ?
Patrick : Je ne prétends nullement être psychologue et vous gratifier d'une séance d'analyse improvisée. Je ne fais que tirer quelques conclusions de mon observation
Votre comportement actuel va d'ailleurs dans mon sens, une idiote m'aurait planté là depuis fort longtemps.
Florence : Vous m'amusez.
Patrick : Encore un élément confirmant ce que je pense de vous. Florence, si j'ai perdu l'habitude de manipuler avec soin le mensonge et l'hypocrisie, suite à ma "retraite" loin de ce monde, j'y ai appris aussi nombre de choses, et parvenir à demasquer les simulateurs est de celle-ci. Je ne peux pas trop m'avancer sur les raisons d'un tel comportement, mais je sais le reconnaître.
Florence : Eh bien il semblerait que je sois "démasquée" (petit rire)
Effectivement, je ne suis pas la gourde suffisante que tout le monde connait et vous êtes pour l'instant le seul à l'avoir préssentit. Tout comme vous ne vous ne vous montrez pas très bavard quand il s'agit d'évoquer votre passé, je préfère, pour le moment, passer le mien sous silence.
Patrick : Bien.
Florence : Ce fut un dîner fort agréable et je suis heureuse d'avoir trouvé la première personne qui, bien qu'elle soit tout fraîchement débarquée de je ne sais où, ai sû voir en moi ce que mes "amis" n'ont jamais sû percevoir.
Patrick : Tout le plasir est pour moi
Florence se lève de table pour remercier son hôte et l'embrasse longuement cette fois ci au lieu de la tradtionnelle bise
Florence : La Florence de surface y tenait depuis longtemps et ma "vraie personnalité" n'a rien contre (grand sourire)
Patrick : Je n'ai rien contre non plus.
Florence : Que diriez vous d'un autre petit repas comme celui ci ? Je ne sais toujours rien de vous...
Patrick : Cette fois ci, je tiens à vous inviter !
Florence : Vous ferez la cuisine ?
Patrick : Bien sûr, un plat traditionnel d'un des endroits que j'ai traversé vous conviendrait-il ?
Florence : Bien entendu. J'apporterais les chandelles, je ne pense pas que vous ayez ça.
Patrick : Disons en début de semaine prochaine. J'emménage ce week-end, et un repas au milieu des cartons n'est pas l'idéal.
Florence (lui tendant une carte) : Voila mon numéro de téléphone
Patrick : Je n'en ai pas encore, mais je conserve vos coordonnées
Florence : Passez à mon restaurant lorsque vous aurez décidé du jour du repas
Patrick : Entendu

Patrick raccompagne Florence à son domicile et, comme à son habitude, s'en retourne à pied malgré le froid hivernal et le vent.



PS: Le passant de la première partie de cet épisode est Francis pour ceux qui n'auraient pas bien suivi.
L'avenue Remberg est un prêt de Jyuza



----------------------------------------------------------------------



Episode 27:
"Le cas Christophe" (Jyuza)

Une fois Sylvie et José raccompagnés, Christophe prend le chemin de sa maison.

Christophe: 'Pas vrai ça, ils m'ont salopé les tapis avec leurs bottes. Je ferai nettoyé ça demain. Je tombe de fatigue, une chance que j'habite près d'ici.

Christophe arrive chez lui, rentre la voiture dans le garage et monte se coucher…

Mais qui est ce jeune homme à l'allure sûr et au parlé insolent ??? Qui est ce jeune homme qui dégage cette impétuosité, cet air supérieur ??? Je crois qu'une petite enquête le concernant est inévitable.

Christophe est issu d'une famille modeste, son père est assureur et sa mère puéricultrice. Il est le cadet des trois enfants. Lise, l'aînée, partie vivre en Angleterre pour son travail et Tristan, le benjamin, actuellement au collège.
C'est d'ailleurs ce dernier qui nous livre le premier ses pensées sur son frère :

Tristan : Chris, c'est quelqu'un de formidable : pas seulement parce que c'est mon grand frère, mais surtout parce qu'il est super intelligent. Il est fort en mathématiques et en chimie. En plus, il aime son travail. Des fois, quand il vient dormir à la maison, il reste travailler jusqu'à très tard dans la nuit.

Nous avons aussi parlé avec ses parents :

La mère : Christophe, vous savez, enfant, il ne nous a jamais posé de véritable problème. Il a toujours été le meilleur à l'école, mais c'est surtout au niveau de ses camarades de jeu.
Le père : En fait, c'était une vraie tête de con.
La mère (coupant son mari) : Tu peux pas dire ça, voyons.
Le père : Ah bon ??? C'était une vraie tête de cochon, alors. Ca va mieux ça ???
La mère : Euh…
Le père : Il a toujours eu un rapport bizarre avec l'argent. Plus avec le pouvoir. Vous savez, ce ne serait pas mon fils, je dirais que c'est un arriviste, une crapule, quelqu'un d'assez vil, capable des pires choses pour arriver à…
La mère (le coupant dans son élan) : Calme toi chéri, tu vas encore avoir mal au cœur. Christophe est… (hésitante)
Le père (intervenant en élevant la voix) : C'EST UNE CRAPULE, J'VOUS DIS, MOI…(se rasseyant tranquillement)
La mère : … (baissant la tête) Nous avons pu contacter Lise, sa sœur ainée, voici un petit résumé de notre conversation téléphonique :

Lise : Qu'est ce que vous voulez savoir ??? Comment étaient nos rapports étant enfants ??? Pfff, Chris voulait toujours tout diriger : lors de nos anniversaires (nous sommes né le même jour), il voulait tout le temps avoir la charge de s'occuper de l'argent qu'on reçevait en cadeau. Il allait même jusqu'à pleurer et me maudire si c'est moi qui le faisait. Il a toujours eu un rapport bizarre avec l'argent. C'est quelqu'un de très narcissique, qui par dessus tout, deteste perdre... Quand nous étions en primaire, vous savez ce qu'il faisait ??? Il dénoncait ses camarades en échange de bons points. C'était un peu une crapule. Alors imaginez " la bête " moins de 15 ans après…

Mouais, bon… Ca ne nous en apprend pas plus sur Christophe.
Néanmoins, nous entrevoyons peut-être pourquoi il est tant " interêssé " par Florence ; en effet, étant l'héritière du célèbre homme d'affaire Florent L. LeBrun, elle prendra la succéssion de son père, à la tête de l' " Entreprise ". Voilà peut-être ce que vise Christophe.
Mais peut-être ses motivations sont toutes autres ??? Peut-être est-il considéré à tort comme un arriviste prêt à tout, alors que ce n'est qu'un gentil garçon, aimant son travail ???

Nous avons interrogé Stéphane, qui le connaît depuis la maternelle :

Stéphane : Christophe ??? Un gentil garçon ??? Aïe aïe aïe, ça j'y crois pas t'entends ??? Est-ce que le loup n'a pas mangé la grand-mère ??? Hein ???

Après les déclarations quelques ambiguës de Stéphane, l'énigme Christophe persiste. Nous aurions voulu avoir l'avis de Florence, mais cette dernière, nous a gentiment envoyé balader.

Le mystère reste entier.
passionné. Il aime dominer et contr
ôler et…
Repost 0
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 22:06
Un peu de lecture avant le retour des bd ;)

Episode spécial "25 ème" : "Interférences" (Depaz)


Klüge : Dis moi Irvart, ce qu'on dit de toi est ce vrai ? Des bruits courent depuis que tu es revenu de la dernière campagne de pêche au large de la pointe de l'île, près du phare.
(long silence pesant, gros plan sur un barreau de chaise et travelling le long de la fissure du mur de la cuisine)
Irvart (observant avec soin la bouilloire ou chauffe son lait) : Que dit on ?
Klüge (beurrant lentement une tartine) : Si on croit la rumeur dans le village, et tu sais que, dans un petit village comme le notre, ce genre de bruit se repend vite et prend parfois valeur de vérité…
Irvart : Oui… (Plan large sur le paysage hivernal désolé qui entoure la cabane du couple)
Cette neige ne s'arrêtera t'elle donc jamais de tomber…
Klüge : Tous les hivers c'est la même chose, et (sourire fatigué) tous les ans à cette période tu trouves le moyen de maudire la météo… Ma famille habite ici depuis bientôt 8 générations et il en a toujours été ainsi, il va falloir que tu t'y fasse
Irvart : Si tu le dis…
Klüge : Ce soir il y a la rencontre hebdomadaire de dominos… (Silence, gros plan sur les mains d'Irvart)
Irvart : Ca aussi il va falloir que je m'y fasse un jour…
Klüge : Oui… (Travelling avant sur les carreaux sales de la fenêtre de la cuisine)
Irvart : Tu veux un peu de lait bouilli ?
Klüge : Je crois que Blanchette nous fait une hypostrastose.
Irvart : Le vétérinaire le plus proche est à 2h de route, il va falloir que j'emprunte son motoneige à Ulgâr…
Klüge : Ulgâr… celui qui habite sur la buté ? (gros plan sur les yeux délavés de Klüge)
Irvart : L'hiver est particulièrement rude cette année.
Klüge : Comme tous les ans
Irvart : Tu as peut être raison (plan serré sur la bouilloire)
Klüge : Je me demande si les rennes apprécient ce temps… sûrement…
Irvart : Il serait peut être temps que j'aille voir Blanchette, les chèvres ne sont pas équipées pour faire face à ce genre de climat.
Klüge : Je sais bien. Un cadeau de ma tante. 3 jours avant son décès. On devait la manger mais je n'ai pas pu m'y résoudre. Desormais elle se fait vieille mais tant qu'elle ne souffre pas je ne pourrais pas… c'est au dessus de mes forces.
Irvart :Cet hiver est sûrement son dernier… Sa dernière mise à bas l'a grandement affaiblie, elle ne tient presque plus sur ses pattes…
Klüge : Je le sais bien Irvart…

...BZZZZZZRRRGG...

Cheng : Crève charogne ! Insulter le temple de Shaolin ne mérite que le châtiment suprême. Prépare toi à mourir pourriture a la solde de 'faucon aveugle'
Li : Mon maître aura bientôt toute la région sous son contrôle et Shaolin et ses moines ne seront plus qu'un mauvais souvenir..
Cheng : Meurs !
Li : Pauvre fou tu ne peux rien contre le kung fu du Haneton …
Meurs ! YAAAAAAAAAAAHHHH

...BZZZZZZRRRGG...


Klüge : je crois que Blanchette est morte
Irvart : il vaut peut être mieux qu'il en soit ainsi …
Klüge : Oui… Mon seul regret est qu'elle n'ai pu revoir les verts pâturages au printemps.

...BZZZZZZRRRGG...

Pamela : Jeune homme, j'ai un problème avec mon lave-vaisselle, je crois que c'est la durite qui a cédée à cause du calcaire. J'ai préféré faire appel à un professionnel.
Greg : Vous avez fait le bon choix, dans ma spécialité je suis le meilleur.
Pamela : Je n'en doute pas un instant
Greg : Laissez moi déballer mon matériel
Pamela : Ooooooh ! je n'en demandais pas tant ! Je me demande si ça va passer...
Greg : Laissez moi faire et ça passera tout seul, faites moi confiance, je sais m'en servir
Pamela : C'est ce qu'on va voir et pas plus tard que tout de suite je pense
Greg : Allez hop !

...BZZZZZZRRRGG...

Les nouveaux tampons Nanex sont hyper absorbants et leur structure exclusive en U associée à ses micros alvéoles permettent une sécurité de tous les instants et cela quelle que soit l'activité pratiquée. Son diffuseur polygonal vous fera vous sentir fraîche tout au long de la journée.
Existe au menthol, fleurs des champs et pomme-canelle
BZZZZZZRRRGG...
Repost 0
13 juillet 2008 7 13 /07 /juillet /2008 22:05
Episode 24: "Nouveau départ?" (Depaz)


Après avoir surpris la conversation entre Stéphane et Eva, Francis s'enfui en courant dans les petites ruelles, cherchant à échapper aux pensées qui lui ont traversées l'esprit.

Francis : Trahi ! Une fois de plus, me voila trahi par quelqu'un que j'apprécie plus que tout, ils s'y mettent à deux en plus ! En même temps, on ne peut faire ca qu'à partir de 2… Arghh je ne dois pas y penser. Jamais !
Alors que je ne suis qu'attentions et douceur pour Eva, la voila qu'elle passe du coté obscur avec Stéphane.
Erk ! rien que le vocabulaire employé me révulse… " Vise un peu l'engin ", quelle vulgarité et manque d'imagination !

Je n'ai jamais parlé comme ça à Eva, que ce soit sur ce sujet ou un autre. Peut être attendait-elle que je la traite comme ça ? Non, cela ne se peut…
Pas ma Eva, traitée comme une vulgaire traînée avec un langage qui ferait rougir le pire des dépravés ! La recherche d'un autoritarisme, d'un vrai pouvoir inébranlable, d'une figure protectrice… Peut être ce langage primaire et imagé fait il partie de la panoplie de l'homme qu'elle cherchait et que je n'ai pas su lui fournir.
Je suis assez loin du cliché de l'homme fort et viril, il faudrait que je trouve quelque chose qui me permette d'affirmer mon coté masculin…
Aller voir des matchs de foot ? Non, ça fera juste de moi un beauf', rien de bien enviable. La pratique d'un sport devrait m'aider par contre !
Kung-fu ? Pas assez souple. Boxe thaï ? Natation ? Culturisme ?
Tout à sa réflexion, Francis s'enfonce toujours plus loin dans les petites rues qui font la joie des touristes et le calvaire des gens qui reviennent de soirée complètement bourrés
Lorsque, tout à coup, il est violemment projeté contre le mur…

Francis (intérieurement) : Mais qu'est ce que … ??? Aiie, mais comment j'ai pu finir comme ça, assis dans des cartons avec tout le coté droit la tête en feu ?? Tiens, ce pied n'est pas à moi, pas plus que le corps qui va avec…
Je me serais pris ce gros lard dans la tête ? Il n'a pas pu tomber d'un balcon vu qu'il n'y en a pas… On me l'aurait lancé dessus ? Impossible !

Une voix féminine un peu grave : T'avise plus de remettre les pieds ici, t'as compris ?
Là, je me suis montré gentille et douce, alors imagine si tu arrives à m'énerver! Les petites frappes comme toi je les brise. Parce que je suis une femme tu croyais pouvoir te permettre de me menacer et me braquer?
Ecoute petit, celui qui aura le dessus sur moi n'est pas encore né. C'est clair ?

Francis (pour lui-même) : C'est une femme qui a dérouillé le morceau de viande que je viens de me prendre en travers de la figure ? Il faut que je sache absolument quel sport elle pratique pour arriver à un tel résultat !
Francis : Madame, excusez moi… Madame !
La jeune femme : Oh, je suis vraiment désolée, je ne voulais pas vous faire de mal, je suis confuse , comment pourrais-je m'excuser ?
Francis : Dites moi juste quelle est la technique que vous avez employée pour vous débarrasser de ce brigand et le sport qui s'y rattache.
La jeune femme : " le bélier " accompagné d'un " german souplex " arrière, enchaîné avec une projection de ma conception, une personnalisation d'une technique mexicaine.
Francis : Fascinant. Et de quel sport est tiré cette efficace combinaison
La jeune femme : Du catch mexicain.
Je me présente, je m'appelle Rosita et, vous avez de la chance, j'enseigne cette discipline.
Francis : Le catch mexicain… Voila qui est intéressant. Vous pourriez me l'enseigner ?
Rosita : Oui, bien sûr, sans problème. On peut commencer de suite si vous voulez.
Francis : Je dois aller à une petite soirée tout à l'heure, donc je dois décliner avec regret votre fort sympathique invitation.
Rosita : Je vous donne rendez-vous demain alors ? Nous somme ouvert toute la semaine.
Francis : Va pour demain.
18h ?
Parfait.

Francis s'en va regonflé à bloc vers la soirée de Flo'. Le catch ! Voila ce qui lui permettra de reconquérir le cœur de la douce Eva. Et puis les costumes sont si mignons et moulants…



-------------------------------------------------- --------------------


Episode 25:
"Retraite" (Jyuza)


Stéphane, seul depuis maintenant plus de trente-deux heures, à la recherche de lui-même, de sa véritable motivation, de son but et surtout de l'orientation qu'il veut donner à sa vie sentimentale, erre comme une âme en peine dans son Loft de 300 m².

Stéphane : (A voix haute) Mon Dieu qu'il est difficile de se connaître réellement…
J'ai beau essayer de creuser au plus profond de moi même, rester objectif est presque impossible…
Je suis au moins sûr d'une chose : Eva, c'est fini !!!
Elle sait pas ce qu'elle perd, mais tant pis pour elle. Qu'elle continue ses réunions tupperware et qu'elle reste avec Paul " Francis " Scholls.
Enfin, toutes ces bêtises sont terminées. Maintenant, je sais… je sais… Mais il aura quand même fallut l'implication d'un tiers, en la personne de Patrick. C'est quand même étrange, il arrive d'on ne sait où et, il suffit qu'on parle juste un tout petit peu pour que ça suffisse à me recadrer. Dieu que j'ai été impuissant...
Alors que devant moi, s'est toujours trouvé ce pour quoi vit un homme…

(Il se tait et s'assoie sur le canapé en cuir norvégien, regarde dans le vide et hoche la tête.)
Ah là là, je suis un vrai Pierre Richard… un Pierre Richard un peu chanceux, mais un Pierre Richard quand même. J'aurais peut-être pu m'en apercevoir plus tôt que Chloé…
Pffff, j'suis trop un " inutile ". Quand une fille te demande de l'accompagner acheter des sous-vêtements, t'es en droit de te poser des questions… Eh ben moi, je ne voyais rien. Quand Chloé me demandait de l'aider à choisir la couleur de ses sous-vêtements, je ne voyais toujours rien. Quand elle me demandait d'aller lui acheter ses serviettes hygiéniques, je ne voyais toujours pas : j'suis pire qu'une taupe…
M'enfin (long soupir), un peu de musique devrait m'aider à me détendre. Aahh, "Idols" de Vinia Mojica et Spinna. Superbe. (Il saute sur son canapé, s'allonge et ferme les yeux alors que les premières vocalises se font entendre)
Maintenant qua je suis sûr que c'est avec Chloé que je veux être, pourrais-je la combler comme elle le voudrait ???
(Se redressant sur le canapé) Techniquement oui, je pourrais la combler, encore que…
Aah cette Vinia Mojica... quelle voix tout de même. Elle me rappelle celle de Chloé, douce, entraînante et excitante.
Je me demande quand même ce que me trouve Chloé ?? C'est vrai que je suis pas mal beau gosse… que j'ai aussi beaucoup d'humour et beaucoup de classe : elle a du goût en fait cette petite.
(Fronçant les sourcils) Chose que n'a pas Eva. Tout ce temps que je l'ai courtisé, elle n'a jamais su sonder le merveilleux amant que je suis.
(Se calmant) De toute façon je ne dois plus y penser… Mais c'est quand même bizarre que ça arrive maintenant, j'veux dire, quand Patrick arrive !!!
Le gars il arrive comme dans la légende du successeur du Hokuto, qui dit : " lorsque le Hokuto apparaît, ouvrez votre cœur ".
C'est peut-être vrai… Qui sait ???
En tout cas, grâce à lui, je suis en route pour me retrouver.
CHLOE, J'ARRIVE… !


Petit moment culturel
- Paul Scholles est un footballeur anglais évoluant à Manchester United et roux de son état.
- Le Hokuto est un art martial doublé d'une philosophie, dévéloppé dans le manga "ken le survivant"
Jyuza, grand amateur devant l'eternel de ce manga tient à rappeller que la bande dessinée et le dessin animé qui en a été tiré n'ont que très peu de rapports entre eux. Préferez bien sûr, et de loin, le manga ;)

Repost 0
28 juin 2008 6 28 /06 /juin /2008 22:05
Episode 22: "Tête à tête" (Depaz)

Le soir même
Florence a donné rendez-vous à Patrick dans un petit restaurant huppé sur une péniche, idéal pour un dîner en amoureux. Elle l'attend sur la berge, à quelques pas du petit pont d'embarcation.


Flo : Vous voilà mon cher
Patrick : Quand une jolie femme m'invite si gentiment, je ne peux refuser.
Flo : Vilain flatteur
Patrick : La sincérité ne semble plus être à la mode on dirait...
Flo : Je nous ai réservé ma table habituelle, près du hublot, la vue y est magnifique.
Patrick : La votre me suffit.
Flo rougit et prend son bras pour le dirriger vers ce petit restaurant, hors de prix, qu'elle affectionne tant.
Une fois installés, Flo est intarissable sur son restaurant, elle même, ses projets, un vrai torrent d'autosatisfaction, duquel Patrick se décroche rapidement, après avoir tenté, en vain, d'en endiguer le flot rageur.

Flo : Ce concept m'est venu lorsque j'ai compris qu'il était temps de mettre fin à la conception traditionnelle et étriquée de la restauration actuelle….. bla bala bla …. Food-picking …venu du Japon... Tiers monde chic….
Patrick (de plus en plus absent) : Il était temps que quelqu'un s'y attelle… c'est évident… Voila qui est original…

Patrick décroche totalement et se plonge dans ses souvenirs, l'univers qu'il a quitté pour se retrouver ici.

Patrick (intérieurement): Je ne pensais pas que les chemins terreux et defoncés de ces pays ravagés me manqueraient aussi vite, quitter ce que certains nomment "l'enfer vert" pour se retrouver en compagnie de ces gens étranges et superficiels, le décalage est total. Et cette fille a beau être fort charmante, elle me donne déjà envie de repartir loin, très loin de cet univers creux que j'ai quitté il y'a 3 ans pour des raisons que je m'explique encore mal aujourd'hui.
Dans ma bulle, je n'ai peut être pas vu les choses évoluer, ce qui explique mon déphasage actuel.
La restauration... Voila sûrement le sujet pour lequel j'éprouve le moins d'intéret, pas loin derriere de "au combien José est formidable". Et elle est intarissable sur ce sujet, impressionant !
Je me demande si lui raconter quelques unes de mes expériences lui rappellerait un peu quels sont les réels sujets sur lesquels il est intéressant de se pencher.
Un petit tour dans les contrées reculées du Laos, de Birmanie, la forêt congolaise, le chiapas ou les républiques du caucase... Je me demande ce qui lui ferait le plus d'effet. Lui expliquer d'où vient le bois qu'elle est si heureuse d'avoir sur son comptoir peut être. Elle le regarderait différemment, à n'en pas douter.

Il y 'a 3 ans, j'ai tout quitté pour ma "quête personnelle". Après un entraînement forcené, j'avais modifié qui j'étais, mais seulement extérieurement, c'est cela qui a du motiver mon départ soudain, sans le moindre signe avant-coureur.
Le déclic.
Et me voila de retour, pour me retrouver face à cette jeune femme que je ne connais pas et qui, manifestement, souhaite plus que me connaitre. Etrange. Pendant près de 36 mois, on ne m'a jamais rien demandé, tout juste un peu d'aide parfois, me laissant aller où bon me semble pour des raisons que je n'avais pas à partager. Trois ans de solitude ? Non, ce n'est pas ce manque qui m'a incité à revenir... Mais quelque chose de plus profond. Comme si je DEVAIS accomplir quelque chose ici...
Florence : Je pense que vous partagez également ce point de vue, non ?
Patrick : Excusez moi, j'ai un peu perdu le fil, sûrement un terme technique qui m'a égaré
Florence : je disais..... bla bla bla....
Patrick (soulagé d'avoir relancé la machine, il se replonge dans son voyage intérieur) : Nicaragua, il y a 2 ans de cela. 82% d'humidité, 9 jours de marche quasi ininterrompue, des nuits de 3 heures.
Deux jours à passer allongé dans un fossé afin de ne pas être repéré des miliciens ayant etabli leur campement à proximité, pas forcement l'expérience qu'on aimerait revivre. Théoriquement, la mission était simple: faire 2-3 vérifications, relever les positions, préparer un peu le terrain et revenir à la base.
Mais là, changement de programme, la carte était inexacte et les autres informations ne valaient guère mieux. Rien ne s'était passé comme prévu, 100% improvisation.
Se sachant en sous-effectif (1 contre 42) il avait patienté 2 jours dans ce fossé, attendant que le groupe se sépare en petits escadrons pour avoir sa chance. Le moment tant attendu eu lieu le troisième jour. Ils ne laissèrent que 5 hommes au camp, groupe largement à la portée d'un soldat surentrainé, même en autodidacte. La lutte fut brève et la place vite nettoyée.
Ce n'était pas prévu au programme, mais vu où on en été arrivé... Il laissa quelques "surprises" sur place pour le retour des miliciens et s'en retourna à la base.
Malgré l'éfficacité des "surprises" et leur impact sur la suite des opérations, la mission fut considérée comme un échec et il changea de pays. Pas vraiment le genre de souvenir qu'on aime à ressasser mais, entre la péniche et le Nicaragua il avait choisi.
Florence est certes agréable mais un peu d'évasion lui faisait du bien, dans ce monde qu'il redécouvrait et qui était bien loin de ce qu'il avait vécu jusqu'à il y a peu.

Patrick déclara que le diner fut merveilleux et cette petite soirée une vraie réussite, il complimenta Florence, la ramena chez elle, laissa la voiture un peu plus loin et choisi de marcher dans l'air glacial, pour continuer sa reflexion jusqu'à chez ce cher Francis. Huit kilomètres, ça devrait être assez.


----------------------------------------------------------------------


Episode 23:
"L'appel" (Jyuza)

Il est 13h06 quand Chloé quitte son appartement de la résidence " les nymphes " pour se rendre au parc de l'autre côté de la rue. Elle s'assoie sur le banc qui fait face à l'étang des canards et attend. Quelqu'un ? Quelque chose ? Elle regarde les enfants qui jouent, deux amoureux s'embrassent, elle sourit. Soudain, l'attente est brisée par une sonnerie de téléphone : son téléphone… La conversation s'entame…

Stéphane : Allo ??? Chloé ???
Chloé : (Le visage illuminé par la voix de Stéphane) Stéphane… Où es-tu ???
Stéphane : …Je… je ne pourrais pas venir…
Chloé : Pourquoi ??? J'ai besoin de… (Long silence) On a besoin de parler.
Stéphane :… Ecoute… je… je ne vais pas venir.
Chloé : (Ne comprenant pas) Stéphane, pourquoi ??? Pourquoi tu ne viens pas ??? Tu sais très bien qu'on a besoin de se parler. Tu… tu fuis tout le temps dès qu'on doit s'expliquer…
Stéphane : (Sans voix)
Chloé : (La voix vacillante) Mais dis quelque chose… s'il te plait…
Stéphane : (Laissant juste deviner sa présence par respiration bruyante)
Chloé : (Eclatant en sanglots) Je t'en supplie… Viens…
Stéphane :… Je ne peux pas… Je suis… parti.
Chloé : (Surprise) Comment ça ???
Stéphane : Je ne suis pas chez moi… (Inspirant à fond comme si sa vie en dépendait) Je pars pendant quelques temps pour réfléchir.
Chloé : Je ne te suis pas, Stéphane... Tu sais très bien qu'on a besoin de se voir… Tout de suite, maintenant… Et toi tu pars ?!!
Stéphane : Chloé, je… j'ai… je dois m'excuser…
Chloé : (Aucune réponse de sa part, mais Stéphane sait qu'elle est encore là, les enfants faisant toujours du bruit derrière elle)
Stéphane : Je dois m'excuser car je ne t'ai pas vu quand, toutes ces fois, tu étais près de moi. Toutes ces fois où j'ai du te blesser, chaque fois que je parlais d'Eva, chaque fois que je parlais d'une autre, alors que…(Il se tait, entend Chloé sangloter de plus belle et choisi de garder le silence)
J'ai eu une journée pour réfléchir, une journée pour savoir réellement où j'en étais! J'avais beau essayer de faire le tri et le vide dans ma tête, toutes mes pensées étaient dirigées vers une seule et même personne…
Chloé : (Essuyant les larmes sur ses joues) Stéphane…
Stéphane :Non attends ! j'ai vraiment été idiot… Je me rend même compte qu'en tant qu'ami je suis un imbécile. Pas une seule fois je ne t'ai vraiment écouté, pas une seule fois je ne t'ai vu comme je… Comme je le vois maintenant. J'ai vraiment été égoïste… Mais le pire, c'est que je le suis toujours. Je sais ce que je veux aujourd'hui… mais je ne suis pas sûr de ce que je pense… (Il ne peut finir sa phrase…)
Chloé : (Elle se lève pour faire quelques pas, ne dit rien, les amoureux lui font maintenant face. Ils sont main dans la main. Elle les dépasse et s'arrête.) Je sais ce que je veux… Et… pour une fois ton égoïsme se révèle payant.
Stéphane : J'aimerais te prendre dans mes bras, sentir et savoir que tu es avec moi. Je suis tellement con, que même ça, je n'ai pas pu m'en rendre compte seul…
Chloé : Comment ça ???
Stéphane : Patrick m'a raccompagné le soir de la fête de Florence, et là, je ne sais pas pourquoi, ni comment, mais nous avons parlé, J'AI parlé… De toi, de moi, d'un nous. Il a surtout été une oreille attentive, mais il a été d'une grande objectivité, comme s'il était là pour ça.
Chloé : (Attentive) C'est bizarre, car… j'ai moi aussi parlé avec Patrick…
Stéphane : (Etonné) Ah bon ??? Quand ça ???
Chloé : Hier matin, quand je suis allé chez Francis. Je croyais justement qu'il t'avait amené chez lui, car tu étais dans un sale état…
Stéphane :…
Chloé : Et comme avec toi, il a su trouver les mots justes. Il m'a dit que…que… (Un long silence... brisé par… )
Stéphane : (Interpellé) Steph ??? Tu viens de m'appeler Steph ??? Tu l'avais jamais fait avant…
Chloé :…(Elle ne répond pas, se remet en route vers le banc le plus proche et s'assoit) Steph, je… je… je t… je tiens à toi plus… plus qu'avant… Stéphane je… (Rien ne sort, elle est comme bloquée…)
Stéphane : Je sais Chloé, je sais. Simplement parce… à la différence d'hier, d'avant-hier et de tous ces autres jours… (Il lève les yeux aux ciel, les ferme le plus fort qu'il peut, mais ne peut laisser échapper une larme… C'est donc la voix tremblante qu'il continue son intervention) C'est simplement qu'aujourd'hui… tu te sens… et te sais aimée…
(Une légère brise annonciatrice de la fin d'une époque et du début d'une nouvelle, vient alors sécher les larmes de Chloé,pour elle, le temps vient de se figer : les rires et des enfants, le chant des oiseaux ont laissé leur place au vent chatouillant la cime des arbres, créant un magnifique chant, perceptible seulement des cœurs et des esprits éveillés…)
Une voix derrière Stéphane : Allez, dis-lui quelque chose…
Stéphane : (Ahurit par cet instant unique dans une vie où l'homme est touché par la grâce de Dieu) Je… Je serais de retour dans trois jours… Tu m'attendras ???
Chloé : Bien sûr…Je ne suis pas à trois jours près…
Stéphane : Bon… Je dois raccrocher, je passerai chez toi dès mon retour et… Voilà.
Chloé : Je t'attends déjà… Au revoir…
Stéphane : Au revoir, Chloé…
(Il s'assoit et soupire, comme s'il venait de fournir un effort incroyable, se prend la tête entre les mains) Je te remercie Patrick, sans toi, j'aurais tout fait foirer encore… Comment te remercier ???
Patrick : Tu sais, tu es heureux avec ton amie, elle est là ma récompense.
Stéphane : Ca ne fait même pas deux jours qu'on se connaît… et…
Patrick : Tu sais, je n'ai rien fait. De plus, c'était ton idée ce vrai/faux départ. Tu vas devoir rester chez toi, pendant que Chloé est censée t'attendre…
Stéphane : Ca ne peut que me faire du bien… J'en ai besoin, mettre mes idées au clair… Au clair de la lune comme diraient certains… (Il sourit)
Patrick : (Un sourire traverse son visage) Tu sais quoi ??? A jeun tu es quelqu'un de très bien, en fait…
Aller, je dois y aller.
A plus, Steph…
Stéphane : A plus Patrick et merci encore…


[A suivre...]

Repost 0
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 22:06
Je ne sais pas trop combien de personnes suivent cette série, mais si c'est votre cas un petit résumé ne vous fera surement pas de mal :)

Un rappel qui n'est d'ailleurs pas non plus sans intérêt pour ceux qui l'écrivent (moi, jyuza et, fut un temps, king surimi 1er ) afin de garder a l'esprit les relations complexes qui lient les personnages et garder l'histoire coherente (sinon c'est vite le bordel ^^ )


Episodes 1 à 10



Stéphane: Beau , musclé, futur héritier d'un empire... le gendre idéal, il a un faible pour Chloé. Sûr de ses atouts, il fait aussi des démarches aupres d'Eva

Chloé: Elle en pince pour Stéphane. Brouilléee avec Flo'.Elle se fachera aussi avec Sylvie.

Flo': Personnage non encore apparu dans la série, elle vient d'ouvrir une boutique et a invité Stéphane à feter ça. Elle est brouillé avec Chloé.

Christophe:
Personnage non encore apparu dans la série, il est la cause du différend entre Flo' et Chloé

Eva: Fiancée actuelle de Francis, elle pourrait bien ceder aux avances de Stéphane

Francis: Fiancé d'Eva et ami de Stéphane, il a des doutes concernant son orientation sexuelle depuis qu'il a par erreur participé à un film X gay.Ex patit ami de Sylvie.

Anthony: Ancien petit ami de Chloé, il est désormais le fiancé et entraineur personnel d'une catcheuse mexicaine, Rosita, qu'il a rencontré au Mexique et à qui il a proposé d'exercer ses talents en France.
Il va faire appel à la A-Team, sur les conseils de Krys, pour s'occuper de Yume.

Rosita: Catcheuse mexicaine entrainée et fiancée à Anthony

Yume:
Frère de Rosita et redoutable catcheur comme elle, il est visiblement peu apprécié d'Anthony...

Krys: Très bon ami d'Anthony, il est son contact avec la "A-team".

A-Team: Equipe a la fonction encore inconnue, elle doit servir contre Yume et délivrer Anthony de ses griffes. Souhaitant rester anonymes les membres de la A-team s'abritent derrière des pseudos ridicules: Jyuza (alias Karlito), ichi47, Depaz, Lenasty et Riko .

Sylvie : Meilleure amie de Chloé, fiancée à José, dont elle est éperdument amoureuse. Ex petite amie de Francis.

José : Ami de Francis et petit ami de Sylvie.Il est le rebelle de la bande (la preuve, il boit de la bière et a une moto)

Patrick : Excellent ami de Francis, il revient d'une contrée lointaine



Episodes 10 à 20



La
A-team a été dissoute suite à son combat contre Yume, qui a en fait eu lieu à cause d'un malentendu.
C'est en réalité Anthony qui a manigancé cela car il avait peur que
Yume soit venu pour ramener Rosita au Mexique, alors qu'il venait juste lui dire qu'il prenait sa retraite des ring.

Francis se pose toujours autant de questions sur qui il est vraiment. Chose qui ne s'arrange pas avec le retour inattendu de son grand ami Patrick

Après une entrevue avec Francis,
Stéphane a decidé d'aller rendre une visite "amicale" à Eva.
Il sera econduit par Eva, mais Francis, ne comprenant qu'une partie de la conversation qu'il surprend en revenant chez lui, interprète mal ce qu'il entend (des commentaires sur 'mario kart') et pense qu' Eva le trompe avec Stéphane...

Tout ce petit monde, et bien d'autres se retrouvent au diner que donne
Flo pour feter l'ouverture de son restaurant.
Une dispute éclate entre Stéphane et Chloé, à laquelle se meleront
José, Francis et un petit nouveau : Patrick.

A l'occasion du dîner, Flo se sent de plus en plus attirée par Patrick même si celui ci reste assez distant.


le 20e episode es
t la





Episode 21: "L'invitée surprise" (Jyuza)

Le lendemain de la soirée donnée par Florence, Chloé se rend chez Francis, pour "prendre des nouvelles" de Stéphane. Elle arrive devant la porte, sonne une fois, une deuxième fois et décide de s'en aller. C'est alors que quelqu'un finit par ouvrir la porte. C'est Patrick, émergeant d'un sommeil bien éphémère.

Patrick : Oh !! (Etonné) Euhhhh, Chloé, c'est ça ???
Chloé : Oui, et vous êtes Patrick ???
Patrick : Ouaip. Que nous vaut cette visite matinale ???
Chloé : Eh bien, je pensais trouver Francis et…
Patrick : (La coupant) …Et Stéphane ???
Chloé : (Démasquée) Nan, pas du tout… C'est juste que…
Patrick : De toute façon, il n'y a personne. Francis est au taf' et j'ai moi-même raccompagné Steph' hier soir, ou ce matin, c'est comme on veut… Mais je t'en prie, rentre.
Chloé : (Gênée) C'est que… je voudrais pas te déranger…
Patrick : Ne dis pas de bêtises… Par contre, j'vais m'éclipser rapidement pour prendre une petite douche et j'arrive, installe toi.

Une fois douché, les dents lavées, rasé de près et habillé, décontracté, mais toujours avec soin, Patrick rejoint Chloé à la cuisine…

Patrick : (à haute voix) Bon, alors ... Qu'est ce que je vais bien pouvoir manger ?? Au fait, je manque à toutes les règles de politesse...
Tu veux quelque chose ???
Chloé : (hésitante) Heu…
Patrick : Ca te dirait que je te rince les amygdales ???
Chloé : (Abasourdie par une telle proposition) J'ai…pas bien… Je te demande pardon…
Patrick : Est-ce que tu veux du café ???
Chloé : (Toujours sous le choc) Euh… oui…
Patrick : (Utilisant la gêne à son avantage) Pourquoi, qu'avais-tu compris ???
Chloé : (Plus détendue) Non, rien…
Patrick : Alors, pas trop déçue? Ton homme n'est pas là, t'es venue pour rien.
Chloé : Stéphane n'est pas mon homme, c'est juste un ami. Un ami à qui je tiens beaucoup, un ami qui me fait rire et qui me manque quand nous ne sommes pas ensemble et…
Patrick : Combien de sucres ???
Chloé : Trois s'il te plait, merci…
Patrick : Et alors, pourquoi vous deux ce n'est pas officiel ?
Chloé : J'ai l'impression de ne pas exister pour lui. Je lui envoi pourtant des signes, mais il n'y fait pas attention. Il est tellement omnibulé par Eva. C'est normal, elle est tellement belle…
Patrick : (Lui tendant la tasse de café) Eva… Ouais, c'est vrai qu'elle est jolie mais… (se grattant le menton) Je préférerai mille fois être avec toi qu'avec elle.
Chloé : (Troublée) Merci…
Patrick : Tu sais, j'ai longuement parlé avec Steph' sur le chemin du retour et… je crois qu'il a quelques petites choses à te dire.
Chloé : (Surprise) Quel genre de choses ???
Patrick : (L'air de ne pas savoir) Aucune idée. Tout ce que je sais, c'est qu'il commençait à retrouver ses esprits dans la voiture et il m'a plus ou moins parler de votre relation.
Chloé : De NOTRE relation ???
Patrick : Oui, quand je lui ai dit que je te trouvais très jolie.
Chloé : (Elle sourit) Tu as décidé de me mettre mal à l'aise ?
Patrick : Pas spécialement… Mais tu sais… (Il est alors coupé par la sonnerie de son téléphone portable ) Allo ??? Ah salut Flo', ouais ouais, ça va et toi ??? Hum, pourquoi pas… Ok d'accord, à tout à l'heure… Bye…
Chloé : C'était bien Flo' ? la Flo' qui donnait une réception hier ???
Patrick : Elle même.
Chloé : Tu l'as rencontré quand ???
Patrick : Hier, quand j'eus raccompagné Steph, je suis repassé au restaurant et là, nous avons parlé deux bonnes heures.
Chloé : (Très surprise) Tu as parlé avec Flo' ??? Je vais te mettre un peu au parfum, mais… Flo', n'est pas très… appréciée… Elle est un peu… (cherchant ses mots)
Patrick : Superficielle, imbue de sa personne, égocentrique ???
Chloé : Euh oui, c'est ça… J'ai du mal à la supporter.
Patrick : Bizarre... avec moi, ça va.
Bon, ce n'est pas que ta compagnie me gêne, bien au contraire, mais nous avons rendez-vous. Je te raccompagne ?
Chloé : Je te remercie, mais je suis venue en voiture. Ne te dérange pas, je connais la sortie. A plus tard.
Patrick : A plus tard et ne t'en fais pas pour Stéphane…


[a suivre...]
Repost 0

Une Recherche?