Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 23:06
Episode 17: "La route de la raison" (Jyuza)

Stéphane, retrouvant ses esprits, complètement raboté, décide de se livrer à Patrick

Stéphane : Booohhhh , j'ai mal à la tête… Qu'est ce qui s'est passé ???
Patrick : Ben en fait, t'as bu comme un trou, tel un ivrogne voulant noyer sa frustration sexuelle dans du whisky, t'as failli déclencher une bagarre et tu as "glissé", pour finir la tête la première sur un coin de table…
Stéphane : Aaaahhh mon Dieu... j'ai fais ça ??? Et la soirée ???
Patrick : Foutue.
Stéphane : A cause de moi ???
Patrick : Huuuum, j'ne dirais pas ça comme ça, mais disons, que t'as été super bon ce soir…
Stéphane : J'ai été naze, Chloé a raison, j'suis vraiment un anus…
Patrick : Faut pas dire ça mec (passant la 5ème vitesse), on a tous bu un peu, il y avait du bruit, des filles, de la musique agressive… Un tout que tu as du mal à supporter,ça arrive à tout le monde.
Stéphane : Ah bon, ça t'est déjà arrivé ???
Patrick : Nan, pas que je sache…(Faisant des appels de phare à la voiture de devant) Ta petite copine est partie en pleurant après t'avoir vu heurter la table, tu ne veux pas l'appeler pour la rassurer ???
Stéphane : Pffff Chloé, ma p'tite copine ??? Nan, faut pas déconner, on est juste amis…
Patrick : Ah ouais ??? Sûr ??
Stéphane: (Hésitant) Heu, ouais… Pourquoi cette question ???

Patrick : Non, mais je la trouve super jolie, donc j'aurais voulu tenter quelque chose. Mais comme je ne connaissais pas la nature de vos relations… Maintenant c'est bon…
Stéphane : (A la fois rêveur et nostalgique) Ahhh, Chloé, tu as bon goût. C'est une magnifique jeune fille, intelligente, vive d'esprit, trouvant toujours les mots pour rassurer, telle une mère. Venant s'ajouter à tout cela le parfait métissage d'origines asiatiques et méditerranéennes, dans un corps si parfait, que même Vénus pourrait s'en amouracher. Du sommet de sa tête à la pointe des pieds, tout, tout est parfait chez elle j'te dis…
Patrick : J'veux bien t'croire…
Stéphane : Ses lèvres délicatement dessinées et à peine, mon Dieu à peine, pulpeuses, cachent une dentition parfaite. Combien de fois n'ai-je pas rêvé l'embrasser goulûment ???
Patrick : Et ses yeux ???
Stéphane : Alors là, l'ami, ses yeux sont deux émeraudes si pures, qu'on ne voudrait plus jamais qu'elle ferme ses paupières. Son regard est comme le plus beau des rêves : on ne veut pour rien au monde l'oublier, souvenirs d'un temps, d'une époque où le temps semble s'être arrêté, un instant que seul un ouvrage religieux pourrait décrire… Avec comme musique, tu sais la musique de la pub Seb, celle où il y a du piano !!!
Patrick : Ouais, Erik Satie, "1ère Gymnopédie Sonatique Bureaucratique", dispo chez tout bon disquaire…
Stéphane : C'est ça… (Soupirant, tel un jeune amoureux) Elle a une voix, envoûtante et la fois rassurante, comme…
Patrick : (Lui coupant la parole) …Une sirène ???
Stéphane : Exactement… La plus belle des sirènes, chaque mot, phrase sortant de sa bouche réinvente le son, la musique…
Patrick : Quelle femme !!!
Stéphane : Je ne te le fais pas dire. C'est simple, quand tu la vois, tout tes sens travaillent.
Patrick : Ben dis-donc. Effectivement dis comme ça, c'est dommage que vous ne soyez qu'amis…
Stéphane : (Le regard perdu dans le rétroviseur) Ben ouais… C'est dommage, c'est même regrettable. Pffff, au fond, je ne suis qu'un con…
Patrick : (Baissant la ventilation) Pourquoi ça ???
Stéphane : (Se prenant la tête entre les mains) J'ai tout gâché. J'ai toujours voulu Eva, mais je me rend compte que c'était parce que je ne pouvais l'avoir sans moyens frauduleux, alors que Chloé a toujours été là, mais c'est trop tard…
Patrick : Tu crois ??? (Mettant le cd de "NoForm", disponible bientôt) Tu sais, tant que t'as pas perdu, t'as perdu. C'est un vieux proverbe Ouzbek.
Stéphane : T'as peut-être raison. Cette cuite aura eu au moins le mérite de me remettre les idées au clair…
Patrick : De la lune…
Stéphane : (Dubitatif) Quoi de la lune ??? Je ne comprends pas…
(Après un moment d'hésitation) Ah oui, les idées au clair… de la lune… (Un léger rictus se faisant voir sur son visage)
Patrick : Ben dis-donc, t'es long à la détente, faut mettre l'adsl…
Stéphane : Ah Ah Ah !!! Ouais… En tout cas merci de m'avoir ramené mec, tu viens d'arriver, j'ai fais sauté la soirée et au lieu de rattraper le temps avec Francis, tu me raccompagnes. Merci, Pat' !!!
Patrick : Oh tu sais, il n'y a pas de quoi…
Stéphane : Tiens, regarde, on est arrivé, c'est là. Où il y a le cabriolet Saab 9-3 avec les jantes…
Merci encore. Dès que j'aurais récupéré, je vais aller voir Chloé, pour… pour… enfin, tu sais bien…
Patrick : Repose toi bien d'ici là… Tu auras les idées plus claires une fois reposé… A plus.
Stéphane : A plus…

----------------------------------------------------------------------




Episode 18: "Une bien étrange conversation" (Depaz)

Retour de soirée pour Sylvie, José et Christophe

Sylvie : Merci Christophe, c'est très gentil à toi de nous avoir proposé de nous ramener en voiture, parce qu'avec cette pluie, la moto ça aurait pu être dangereux.
José : Dangereux, dangereux… Oui, si on ne sait pas piloter la bête dans des conditions d'adhérence légère. Avec moi t'es en sécurité je te dis.

Sylvie : Je n'en doute pas, mais aujourd'hui la voiture ça me rassure plus, surtout qu'on a bien bu.
José : Là, tu marques un point, mort comme je suis, la voiture est un bon choix.
Christophe : Dormez un peu, vous en avez besoin je crois.
José : Oui, Sylvie tu devrais suivre les conseils de…
Christophe : Christophe
José : Christophe. Et dormir un peu
Sylvie obtempère et sombre rapidement dans le sommeil sur la banquette arrière.

Christophe : J'ai beaucoup entendu parlé de vous par l'intermédiaire de Chloé
José : Sylvie aime bien parler de moi à ses amies…
Christophe : (sourire)C'est ce que j'ai cru comprendre.
José : Tant que c'est de façon positive, ça ne me gêne pas
Christophe : Ca se comprend assez bien.
José : Si vous avez entendu parler de moi c'est réciproque, mais le Christophe que je "connais" n'était pas invité à la réception de Florence.
Christophe : Je vois que vous êtes bien renseigné...
José: Sylvie est une source d'informations quasi intarissable.
Christophe : Logique
José: Mais elle n'a pas su m'expliquer ce qui vous valait cette mise à l'écart
Christophe : Une vieille histoire dont Flo a visiblement eu du mal à se remettre. D'ailleurs Chloé n'aurait pas du non plus être présente. Etrange...
José : C'est juste...
Christophe : Moi ce qui m'intrigue, c'est cet homme un peu étrange qui s'est invité, lui aussi, à la reception et qui ne semble être connu que de Francis. Je me demande qui il peut bien être... Il est tellement différent de nous.
José : Ah, ça! C'est clair qu'il est pas pareil, à le voir on dirait qu'il a fait la guerre, ou je ne sais quoi de pas trop recommandable.
Il m'inspire pas confiance, on dirait qu'il cache quelque chose
Christophe : Ca m'a fait un peu la même impression. Il n'y a rien de particulier qui cloche chez lui extérieurement, mais il ne m'inspire pas vraiment confiance, c'est exactement ça, comme si il cachait quelque chose...
José : En tout cas, sa réaction face à Stéphane lui a fait marquer des points, je me demande même si il n'a pas tappé dans l'oeil de Florence.
Je ne m'attendais pas à ce que Francis ai ce genre d'amis.
José : C'est surprenant en effet et je peux difficilement le soupconner d'être son amant quand on voit comment il regardait Chloé. Plus hétéro tu meurs.
Christophe : Il est peut être bi.
José: Ca m'étonnerais, j'ai une super cote avec eux et il ne m'a même pas jeté un regard. Si il avait une attirance pour les hommes je n'aurais pas pu lui échapper. Non, il n'est pas bi.
Christophe : De toute façon ça n'a aucune espèce d'importance, je le trouve bizarre moi ce Patrick, qu'il soit bi ou non.
José : Mouais, je suis bien d'accord.
Vive les discussions sous alcool! Moi j'ai bu comme un trou mais vous avez l'air sobre, enfin vu que c'est vous qui conduisez. C'est étrange que vous soyez parti sur ce sujet là.
Christophe : j'ai pris ce sujet au hasard, j'aurais pu parler de n'importe quoi
José : Peut être, mais vous avez parlé de CA
Christophe : Et alors ?
José : Non rien... laissez tomber. Je crois que j'ai un peu trop taquiné les bouteilles du bar.
Christophe (intérieurement) : Pourquoi j'ai parlé de ça moi ? Etrange... Ca doit être à cause de la présence de Francis dans le sujet de conversation. Faudra que je fasse attention à pas trop partir dans ce genre de discussion. Là, ça va, José est ivre mort et il ne se rappellera de rien, mais si je sors ça à quelqu'un de clair, je suis grillé.

[a suivre... ]

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Une Recherche?